Une lecture de… De la souillure, Mary Douglas

Les mois passent et l’architecture du carnet se construit. C’est au tour de ce billet d’inaugurer une nouvelle catégorie : Lectures (même si en fait je triche un peu car un billet y est déjà répertorié). Elle sera l’espace dans lequel je proposerai une lecture d’ouvrages et/ou d’articles en faisant notamment un point sur ce qu’ils m’ont apporté.


C’est assez rapidement et sans trop réfléchir que j’ai décidé d’inaugurer cette catégorie par un livre qui m’a à la fois beaucoup interrogée et marquée : De la souillure de Mary Douglas1. S’il m’a ouvert de nombreuses pistes de réflexion pour penser mon sujet, sa lecture a été longue et souvent laborieuse. Dans un premier temps, il n’a pas toujours été évident de comprendre exactement de quoi il était question (j’étais encore encore peu familiarisée avec la littérature anthropologique). La deuxième lecture, qui a précédé la rédaction de ce billet, a renforcé le constat de la richesse de l’ouvrage.  La principale difficulté, à mon sens, est que Mary Douglas traite conjointement différents thèmes, qui sont liés mais à propos desquels elle apporte des choses spécifiques. Dans le livre, il y a bien sûr une progression, mais, bien souvent, les différents éléments qu’elle aborde sont entrelacés.  Je ne fais donc ici qu’une modeste proposition de lecture parmi toutes celles qui pourraient être faites (et que je ferai peut-être dans le futur). En me relisant, je me rends compte qu’elle est loin d’être parfaite et qu’elle mériterait d’être discutée avec des collègues. Peut-être la publication de ce billet en sera-t-elle l’occasion.

Mary Douglas (1921-2007)2

Photographie de Mary Douglas
Crédits : Dame Mary Douglas in March [2007] par Jonathan Player pour le New York Times

Mary Douglas, après avoir été scolarisée dans des institutions catholiques anglaises, a étudié et obtenu son doctorat à Oxford. Elle a enseignée l’anthropologie sociale au University College of London pendant vingt-cinq ans avant de continuer sa carrière à la Northwestern University de Chicago. En 1989, elle a été nommée Fellow à la British Academy.

Ses thèmes de recherche touchent à l’anthropologie des religions, des institutions ainsi qu’à l’anthropologie de la consommation et du risque. Elle a notamment enquêté au Congo Belge dans les années 1950 sur les Lele du Kasaï, une société matrilinéaire qui permet à certaines femmes la polyandrie.

Deux de ses ouvrages sont particulièrement connus en France et sont traduits : De la souillure (Purity and Danger, 1966) et Comment pensent les institutions ? (How Think Institutions?, 1986)3.

Table des matières

  • Préface à l’édition de 1971 par Luc de Heusch
  • Préface à la seconde édition
  • Introduction
  • Chapitre 1 : La souillure rituelle
  • Chapitre 2 : La souillure séculière
  • Chapitre 3 : Les abominations du Lévitique
  • Chapitre 4 : Magie et miracle
  • Chapitre 5 : Mondes primitifs
  • Chapitre 6 : Pouvoirs et périls
  • Chapitre 7 : Frontières extérieures
  • Chapitre 8 : Lignes internes
  • Chapitre 9 : Le système en guerre avec lui-même
  • Chapitre 10 : Éclatement et renouveau du « système »
  • Postface

Mary Douglas, l’analyse culturelle et les institutions

Mary Douglas s’inscrit dans le courant néo-structuraliste britannique qui, influencé par les écrits de Claude Lévi-Strauss, met en lien le niveau symbolique et la vie sociale des individus4. Elle veut former une troisième voie entre l’anthropologie sociale britannique, qui ne prend selon elle pas assez en compte la culture, et l’anthropologie culturelle américaine, qui ignore quant à elle trop la dimension sociale. Elle développe ainsi l’analyse culturelle dont l’objectif est d’expliciter l’influence de la culture sur la constitution de l’ordre social5.

Ce faisant, ainsi que le présente Maurice Calvez, elle donne une définition sociologique de la notion de culture, en tant que « les principes et les jugements qui guident et qui nourrissent les actions des individus »6.

« Toute culture est une série de structures liées entre elles, parmi lesquelles il faut citer les formes sociales, les valeurs, la cosmologie, l’ensemble des connaissances. Ces structures sont les médiateurs de toute expérience. »

Mary Douglas, De la souillure, op.cit., p.143

A la suite d’Edward Evan Evans-Pritchard, elle s’éloigne ainsi du holisme britannique et modifie le questionnement : il ne s’agit plus de se demander comment une personne est intégrée à une totalité mais plutôt comment les valeurs et principes d’une société ‘contraignent’ les personnes7.

« Par structure sociale, nous n’entendons pas la structure totale qui embrasse constamment et totalement la société dans son ensemble, mais plutôt les situations particulières où se trouvent les acteurs individuels conscients à d’un degré plus ou moins élevé de leur intégration à une totalité. »

Mary Douglas, ibid., p.117

Les structures se forment à plusieurs échelles, et il s’agit de savoir à quelle échelle on se trouve pour déterminer les marges de manœuvre de chacun·e : les rites, les gestes et les classifications sont des moyens de communiquer pour se mettre d’accord sur l’ordre à respecter.

« Parfois, dans ce qui suit, par structure sociale nous entendrons tantôt les faits marquants, les lignages et la hiérarchie des groupes de filiation, les chefferies et la hiérarchie des districts, les rapports entre les rois et leur peuple ; tantôt les sous-structures, pareilles aux boîtes chinoises, qui en contiennent d’autres et qui habillent le squelette de la structure principale. Placés dans des situations appropriés, les individus semblent conscients de toutes ces structures et de leur importance relative. Mais quand il s’agit de savoir quel est le niveau de la structure qui entre en jeu à tel ou tel moment, ils ne sont pas tous du même avis. Ils savent que, pour qu’il y ait une société, il faut que soit surmonté un problème de communication. Par leurs cérémonies, leurs paroles, leurs gestes, ils s’efforcent d’exprimer un point de vue sur ce que doit être la structure sociale en jeu et de parvenir ensemble à un accord sur ce point. Ainsi, lorsqu’ils attribuent tel pouvoir ou tel danger à tel ou tel agent, c’est là une partie de cet effort pour communiquer et, par là, créer des formes sociales. »

Mary Douglas, ibid., p.117

En somme, Mary Douglas nous livre une vision de la société comme un système institué, c’est à dire qu’elle est structurée par des normes, des principes organisateurs qui ne sont pas pour autant immuables. En effet, les institutions, bien qu’elles « résistent au changement », « sont sensibles aux fortes pressions qui s’exercent sur elles » et « les individus peuvent les modifier par l’attitude qu’ils adoptent à leur égard : négligence ou intérêt »8.

Pureté et danger : la souillure pour mieux comprendre la culture

Dans De la souillure, Mary Douglas pose la question de savoir pourquoi certaines personnes ont peur de certains risques et pas d’autres et comment ces différences sont liées à la culture dont elles sont issues9. Cela lui donne l’occasion d’établir une théorie des classifications en partant de l’idée de Marcel Mauss et d’Emile Durkheim selon laquelle ces dernières sont des conventions sociales10.

Mary Douglas nous invite ainsi à considérer la souillure comme élément de compréhension de l’ordre social en statuant que la saleté, c’est le désordre. Tout au long de l’ouvrage, elle s’attache à montrer en quoi la pollution, en tant que désordre et anomalie, permet de mieux comprendre le système symbolique duquel elle est exclue car elle en dessine les limites.

« La souillure n’est jamais un phénomène isolé. Elle n’existe que par rapport à l’ordonnance systématique des idées. (…) Les notions de pollution n’ont de sens que dans le contexte d’une structure totale de la pensée dont la clé de voûte, les limites, les marges et les cheminements internes sont liés les uns au autres par les rites de séparation. »

Mary Douglas, ibid., p.61

La pollution et ses règles ont un rôle double. D’une part elles permettent à un ordre social de fonctionner, de se maintenir. D’autre part elles ont un rôle symbolique, c’est à dire qu’elles disent quelque chose du système, de ses hiérarchies et symétries, de ses valeurs, etc.. Les anomalies existent dans toute culture, elles en sont le produit : quand on établit un ordre, on exclut des élément de celui-ci ; ils constituent la souillure (l’auteure fait remarquer que ce sont souvent les choses ambivalentes, c’est à dire entre deux catégories, qui sont considérées comme sale ou anormales). La pollution est ainsi « inhérent[e] à la structure des idées »11, une limite et un produit du système.

Mary Douglas recense plusieurs stratégies d’évitement de l’anomalie : faire un choix interprétatif en classant l’anomalie dans une catégorie ; contrôler l’existence de l’anomalie (en tuant par exemple le coq qui chante la nuit car le coq est défini comme un animal qui chante à l’aube) ; éviter l’anomalie ; la classer comme dangereuse (pour éviter la discussion) ; l’utiliser pour renforcer le système. Mais elle souligne également que la souillure n’est pas uniquement sujette à des stratégies d’évitement ou de suppression. Là où l’ordre restreint les possibilités, le désordre a une capacité créatrice, raison pour laquelle certains rites l’utilise.

Religion, magie, rites du quotidien : des cultures différentes mais une « unité de l’expérience humaine »12

De la souillure aborde par ailleurs à une question récurrente dans l’histoire de l’anthropologie : celle de la comparaison entre les sociétés. Le sujet est notamment traité sous l’angle des croyances et plus particulièrement de la distinction entre magie et religions (et science), la première étant censée être l’apanage des sociétés dites « primitives », signe de leur particulière irrationalité, en opposition aux sociétés dites « modernes ». Cela amène l’auteure à travailler sur les distinction sacré/profane et pur/impur.

Mary Douglas met sur un pied d’égalité magie et religions en tant qu’autant de domaines rituels et les met en lien avec des rites qui ne sont pas sujets à une croyance spécifique (que l’on pourrait qualifier de quotidiens). Elle souligne l’importance fondamentale de la dimension rituelle de la vie humaine.

« Sans lettre de condoléances ou de félicitations, sans cartes postales occasionnelles, l’amitié d’un ami éloigné n’a pas de réalité sociale. Il n’y a pas d’amitié sans rites d’amitié. Les rites sociaux créent une réalité qui, sans eux, ne serait rien. On peut dire sans exagération que le rite est plus important pour la société que les mots pour la pensée. Car on peut toujours savoir quelque chose et ne trouver qu’après les mots pour exprimer ce qu’on sait. Mais il n’y a pas de rapports sociaux sans actes symboliques. »

Mary Douglas, ibid., p.81

Les rites ont plusieurs fonctions :

  • Ils permettent de poser un cadre à une situation, « isoler certains phénomènes et les mettre en valeur »13.
  • Ils permettent une mise en acte corporelle qui aide la mémoire.
  • Ils permettent de contrôler ce qui nous arrive et ce que nous faisons : par exemple quand un gardien de troupeau Dinka (Soudan) fait un nœud dans l’herbe alors qu’il est pressé de rentrer chez lui, symbolisant ainsi son retard, il ne s’attend pas à ce que le nœud en lui-même lui évite le retard (d’ailleurs, il accélère l’allure après l’avoir fait) mais cela lui permet de se concentrer sur son objectif d’arriver à temps14.

Les rites ne sont pas seulement une extériorisation de l’expérience, ils la transforment, ils permettent de la formuler. Ils permettent aussi à certaines choses d’y entrer : les jours de la semaine, par exemple, permettent de percevoir le temps qui passe parce qu’ils forment une série.

Les êtres humains sont des « anim[aux] rituel[s]15. Pour Mary Douglas, la différence entre sociétés dites « primitives » et sociétés dites « modernes » ne réside donc pas dans la fonction symbolique des rites, qu’ils soient magiques, religieux ou ‘quotidiens’. La différence c’est que pour les premières, les mêmes symboles sont utilisés dans un univers entier et total, tandis que pour les secondes, des symboles différents sont appliqués selon les contextes, ce qui forme une « expérience fragmentaire »16.

Pour résumer, Mary Douglas n’est pas contre le fait d’étudier les différences entre les cultures, d’établir des comparaisons (car il y a bien des différences) ; mais il faut le faire, selon elle, en gardant à l’esprit « l’unité de l’expérience humaine »17.

De la souillure et ma recherche

Outre les grands apports que je viens d’évoquer, la lecture de De la souillure m’a permis de formaliser deux enseignements fondateurs pour mon travail.

La fonction instituante des interdits

« Les interdits ne font que tracer les contours du cosmos et de l’ordre social idéal. »

Mary Douglas, ibid., p.90

Ainsi que nous l’avons vu précédemment, la souillure sert à délimiter les contours de l’ordre social comme un tout signifiant. A cet égard, elle est à la fois en marge et à l’intérieur du système puisqu’elle est travaillée par ses significations. Ainsi, un interdit, qu’il existe dans une société dite « primitive » ou dite « moderne » n’est jamais issu de l’irrationalité individuelle et ne peut non plus se contenter d’une explication utilitariste. Il ne suffit pas de dire que l’interdiction de manger du porc dans le judaïsme et l’islam répond au risque que cela représente dans des climats chauds.

« Signaler les bienfaits accessoires d’actes rituels est une chose ; se contenter de l’accessoire pour expliquer le phénomène en est une autre. Même si les prescriptions alimentaires de Moïse furent bénéfiques sur le plan de l’hygiène, il serait dommage de considérer ce prophète comme un simple administrateur éclairé de la santé publique, et non comme un chef spirituel. »

Mary Douglas, ibid., p.49

De la même manière, comme Émile Durkheim l’avait exposé des années auparavant18, expliquer l’existence de l’interdit de l’inceste par les anomalies potentiellement issues de la conception d’un enfant par deux personnes apparentées génétiquement ne peut pas suffire d’un point de vue anthropologique19. Les interdits informe sur l’ordre symbolique de la société étudiée. Ils constituent des normes, des institutions en fonction desquelles les personnes agissent et interagissent.

La notion de confins

Le second apport particulier du livre de Mary Douglas pour mon travail est constitué des réflexions qu’elle développe sur les frontières et les limites. Une société a des frontières extérieures (formées par les règles de pollution) et intérieures (formées par les règles morales), ainsi que des marges, ou confins.  Ces derniers correspondent aux « régions inarticulées »20 d’un système, aux espaces de mise en péril et d’incertitude.

Les confins se situent à la fois « aux frontières extérieures », aux passages entre les « divisions internes », à la « marge de ces lignes intérieures », et dans les « contradictions » que le système porte en lui-même »21. La représentation de la frontière n’est ainsi plus celle d’une ligne fixe désignant un en-dedans ou un en-dehors. Les confins forment des continuums qui existent à la rencontre entre plusieurs ordres, sans appartenir complètement à l’un d’eux en particulier. Dans la mesure où ils constituent des espaces dans lesquels les normes sont confuses, ils ont la potentialité de vulnérabiliser le système, ou du moins de l’interroger.

Pour la/le chercheur·e qui travaille sur les nouvelles formes familiales occidentales, c’est une notion très intéressante car elle dit bien en quoi celles-ci ont le pouvoir de questionner le modèle d’exclusivité parentale qui caractérise la parenté euro-américaine : un couple hétérosexuel, à la fois géniteur et éducateur, ne suffit plus à définir la parenté d’une personne ; on peut avoir un beau-père ou une belle-mère ou être né·e grâce au don de gamètes d’un donneur ou d’une donneuse, etc.. Plus (ou moins) de deux individus peuvent être affiliés à une même personne, qu’ils soient à l’origine de sa conception, ou pas. Les règles qui s’appliquent au modèle exclusif ne correspondent pas complètement à ces situations, sinon inédites, du moins relativement récentes. Ces dernières portent donc la possibilité de remise en question de ces règles et d’évolutions de notre modèle (tout en étant elles-mêmes déjà issues de son évolution).

  1. Douglas Mary, 2001 (1966), De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 207p.. []
  2. Soriano Éric, n.d., « DOUGLAS MARY – (1921-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28/09/17. Disponible ici. []
  3. Douglas Mary, 2004 [1986], Comment pensent les institutions ? : suivi de La connaissance de soi et Il n’y a pas de don gratuit, 2ème édition, Paris, La Découverte, 224p.. []
  4. Kuper Adam, 2000, L’anthropologie britannique au XXe siècle, Paris, Editions Karthala, 273p.. []
  5. Calvez Maurice, 2006, « L’analyse culturelle de Mary Douglas : une contribution à la sociologie des institutions », SociologieS, [En ligne] 22/10/2006, consulté le 08/01/2015. Disponible ici. []
  6. Calvez, ibid.. []
  7. Calvez, ibid.. []
  8. Douglas, ibid., p.106. []
  9. Girard Tobias, 2013, « Comment pense Mary Douglas ? Risque, culture et pouvoir », Ethnologie française, vol.43 n°1, p.137. []
  10. Fardon Richard, 1987, « The faithful Disciple: On Mary Douglas and Durkheim », Anthropology Today, vol.3 n°5, pp.4-6. []
  11. Douglas, ibid., p.129. []
  12. Douglas, ibid., p.95. []
  13. Douglas, ibid., p.81. []
  14. Douglas, id.. []
  15. Douglas, id.. []
  16. Douglas, idib., p.87. []
  17. Douglas, ibid., p.95. []
  18. Durkheim Émile, 1898, « La prohibition de l’inceste et ses origines », L’Année sociologique, 1898, vol.1, p.1‑70. []
  19. Émile Durkheim remet ainsi en cause l’interprétation de Lewis Morgan (La société archaïque, 1877). []
  20. Douglas, ibid., p.115. []
  21. Douglas, ibid., p.138. []

Citée à contre-sens

Dans un travail de recherche, la citation constitue une dimension importante : elle permet de reconnaître et diffuser les résultats obtenus, de les discuter, bref, de les faire vivre loin de leur(s) auteur·e(s) (sans mentionner les enjeux d’évaluation, etc.)1. Le « risque » d’être cité·e à contre-sens est toujours présent et c’est une expérience personnelle récente qui m’amène à rédiger ce billet.


Un utilisateur de Twitter (qu’il en soit remercié) a attiré mon attention sur un article de Jacques Testart paru dans The Conversation2 il y a environ trois semaines. Ce dernier cite mon mémoire de Master en lui faisant dire tout autre chose que ce que j’y ai de fait écrit. Continuer la lecture de Citée à contre-sens

  1. Pour un début de réflexion sur une sociologie des citations dans l’univers académique voir Pinto Louis, 2015, « Note pour une sociologie des citations » [En ligne], Lire les sciences sociales (disponible ici). []
  2. Média indépendant en ligne publiant des articles grand public écrits par des chercheur·e·s (voir la page de présentation sur le site). []

Mes plus beaux récits de terrain : liste évolutive, subjective et non-exhaustive

Parce qu’on découvre souvent l’anthropologie par les récits de terrain de chercheur.e.s plus ou moins contemporain.e.s de nous, et parce qu’en tant qu’anthropologue, on garde par la suite cet attrait pour les ethnographies (du moins c’est mon cas), j’avais envie de créer ce billet qui sera amené à évoluer au gré de mes lectures et de mes envies. Il contiendra à la fois des récits ethnographiques au sens classique du terme, des ouvrages issus de carnets de terrain, ainsi que des écrits qui se distinguent par la place qu’ils consacrent à l’empirisme. Continuer la lecture de Mes plus beaux récits de terrain : liste évolutive, subjective et non-exhaustive

Ethnographie du virtuel : enjeux de la recherche qualitative sur Internet

Dans ce billet, je voudrais faire un bilan de mes recherches sur la méthodologie des enquêtes ethnographiques en ligne. L’objectif est de rédiger une sorte de mémo regroupant les diverses questions qu’une telle démarche pose.


Internet est aujourd’hui un outil quasi-indispensable pour la recherche. Continuer la lecture de Ethnographie du virtuel : enjeux de la recherche qualitative sur Internet

Les langues de l’anthropologue


Comme tout un·e chacun·e, l’anthropologue doit adapter sa manière de parler/écrire au contexte dans lequel il/elle se trouve. Dans ce billet j’aimerais aborder la question de l’articulation (parfois difficile) entre langage courant et concepts scientifiques.


En tant qu’apprenti-anthropologue – mais ce n’est pas une prérogative de notre discipline -, nous sommes poussé·e·s à reprendre le langage utilisé par les acteur·trice·s du terrain que nous étudions. Continuer la lecture de Les langues de l’anthropologue

Réflexions anthropologiques d'une thésarde sur les confins de la parenté et ses normes