Mot "how"

« At home » : questionnements et frustrations d’une anthropologie du proche en Europe de l’ouest

Ce billet inaugure une nouvelle rubrique : Artisanat de la recherche. Elle devrait contenir des réflexions liées aux techniques d’enquête et à la méthodologie, en rapport avec des lectures ou bien des expériences concrètes de terrain. Ici, il s’agit de revenir sur les questionnements créés par le fait de faire de l’anthropologie du proche, en Europe de l’ouest.


L’envie de rédiger ce billet fait suite à la lecture d’un article de Janet Carsten, anthropologue de la parenté britannique dont j’apprécie beaucoup le travail : « L’anthropologie de la parenté : au-delà de l’ethnographie ? » (ethnographiques.org)1. Il rend compte de son expérience de terrain d’abord en Malaisie2 puis en Écosse3.

D’un terrain lointain à une anthropologie at home

Janet Carsten évoque son terrain sur la parenté malaise qu’elle explique avoir effectué en « immersion totale », dans la tradition de B. Malinowski. Ce dernier est l’un des initiateurs de cette méthode d’enquête qui doit permettre à l’anthropologue de se concentrer sur les actes plutôt que sur les normes, autrement dit d’étudier plutôt ce que les personnes font que ce qu’elles disent faire4. Après en avoir fait un récit ethnographique classique, elle livre l’envers du décor, celui auquel on a rarement accès en tant que lecteur·trice. Elle montre les difficultés liées à l’immersion, le sentiment de perte de contrôle qu’elle peut provoquer.

« Mes propres souvenirs du terrain sont moins positifs que ce que peut suggérer le récit que j’en ai donné. Ils mettent en jeu la sensation d’être non seulement à l’intérieur mais presque enfermée dans les maisons, d’être laissée seule à garder un bébé pendant des heures, de subir les interrogatoires de ma mère d’adoption ou d’autres à propos des maisons que j’avais précisément l’intention de visiter, d’être habillée et rhabillée en fonction des codes locaux de bienséance musulmane, et des modes d’alors. On changea mon nom et on m’enseigna les postures et attitudes convenables pour une jeune femme malaise. Bien que la nourriture fût souvent délicieuse, selon les critères exigeants de la cuisine malaise, j’avais l’impression d’être non pas nourrie mais plus ou moins forcée à manger. »

(Janet Carsten, « L’anthropologie de la parenté : au-delà de l’ethnographie ? », ethnographiques.org)

L’auteure poursuit en revenant sur son expérience de terrain en Écosse – l’enquête porte sur les récits de retrouvailles de personnes adoptées avec leurs parents de naissance. Elle est alors plus expérimentée, elle a fait de nombreux séjours de terrain en Malaisie. Elle passe à une configuration dans laquelle elle ne peut pas faire d’immersion, et où même l’observation semble difficile. At home5, la principale méthode d’enquête sont les entretiens, ce qui lui laisse un goût d’inachevé. Elle souligne le caractère textuel des données analysées dans ce cadre. Plus que des pratiques, ce sont des discours que l’anthropologue étudie, ce qui est un travail un peu différent de celui qu’elle a mené auparavant – et qui, a fortiori, s’éloigne de la tradition méthodologique dans laquelle elle a été formée.

« J’ai trouvé quelque peu déstabilisant cette manière de rentrer chez les gens sans rien savoir d’eux ou presque, pour enregistrer leurs réflexions sur des expériences très intimes. J’en ressortais quelques heures plus tard et je rentrais chez moi avec la sensation d’avoir reçu une dose intense mais désincarnée de leurs histoires personnelles. J’étais également très consciente de mon ignorance de la manière dont ces récits d’expériences s’accordaient avec le reste de leurs vies et de leurs relations de parenté. Quand j’en vins à utiliser ce matériau pour des articles ou des chapitres d’ouvrages, je me suis rendu compte que je citais des phrases avec une très grande fidélité aux formulations précises qui avaient été prononcées et enregistrées, mais avec très peu de renseignements sur la vie que ces enquêtés menaient en dehors des entretiens. »

(Janet Carsten, « L’anthropologie de la parenté : au-delà de l’ethnographie ? », ethnographiques.org)

Faire une anthropologie de la parenté chez soi, en Europe de l’ouest : questionnements et frustrations

Depuis un certain nombre d’années, les anthropologues de la parenté occidentaux sont progressivement revenu·e·s vers des terrains plus proches d’eux/elles. Les études de la parenté dite euro-américaine ont ainsi connu un développement important depuis les années 1980 et les critiques formulées par David Schneider6. Ainsi que le présente Janet Carsten dans son article, cette évolution engendre un certain nombre de questionnements, notamment méthodologiques.

L’impossibilité d’observer

Sur certains terrains d’enquête, il n’est pas possible de vivre en immersion totale. C’est d’autant plus le cas quand on travaille dans son propre pays dans la mesure où l’immersion profite du contraste culturel. Quand je compare le carnet de voyage – qui n’avait aucune prétention scientifique – écrit lors de l’année que j’ai passée en Inde et le carnet de terrain de mon Master, je ne peux que constater combien le premier est détaillé par rapport à l’autre, rempli d’étonnement et de curiosité à propos d’un pays si différent du mien.

« J’ai très envie de découvrir plus en détails la spiritualité indienne : par exemple, j’ai croisé hier un monsieur habillé en jaune avec un pot drapé de la même couleur, demandant de l’argent.
Des symboles dessinés à la craie devant les maisons me posent question également, ainsi que les multiples bindi : le point orange, le point rouge, le point rouge et blanc, les grandes bandes blanches sur le front, le point noir. Je demanderai tout ça un peu plus tard car on en voit vraiment partout. »

(Extrait de mon carnet de voyage. Je suis à Chennai, en juin 2011, cela fait une semaine que je suis arrivée sur place)

Mon carnet de terrain lui est en fait plutôt un carnet de recherches, c’est à dire qu’il regroupe des notes sur le terrain en tant que tel, des réflexions diverses et variées, des notes prises au cours de lectures ou de séminaires liés à mon travail, etc.. Je n’y fais pas de description des lieux où je me trouve – mon Master portait exclusivement sur la France. Les éléments descriptifs portent plutôt sur les situations d’entretien ; je fais des schémas des lieux notamment.

Ainsi, si l’outil de prédilection des anthropologues était traditionnellement l’observation, tandis que les sociologues privilégiaient l’entretien ou les questionnaires et les historien·ne·s l’analyse d’archives (je schématise un peu bien sûr), la distinction tend à s’estomper. En tant qu’étudiant·e·s nous sommes encouragé·e·s à varier les modes de recueil des données dès que possible7, et dans l’anthropologie de la parenté euro-américaine, les entretiens sont devenus essentiels. Tout n’est pas observable et l’on se trouve (en tous cas c’est mon cas) un peu rêveur·se en lisant des ethnographies telles que celles de Janet Carsten – ou bien de Josiane Massard8 – en Malaisie.

Gérer la parcellarité des données

La relation – et le potentiel écart – entre ce qu’il se passe et ce que les acteur·trice·s en disent semble être une préoccupation constante pour les anthropologues. Ainsi, Bronislaw Malinowski, dans les années 1910,  affirme à plusieurs reprises dans son journal de terrain9, agacé, que les personnes qu’il interroge lui « mentent ».

« Ça n’allait plus du tout. Le vieux se mit à mentir au sujet des funérailles. J’enrageai ; je me suis levé et je suis parti faire un tour. »

(Bronislaw Malinowski, Journal d’ethnographe, p.53)

Sans parler de « mensonge », il y a des éléments auxquels les entretiens permettent difficilement d’accéder : les participant·e·s ne pensent pas à les mentionner parce qu’ils leur semblent évidents, s’abstiennent d’en parler parce que cela leur paraît peu digne d’intérêt pour l’enquêteur·trice, ou éventuellement parce que cela les mettrait en porte-à-faux etc.. Ainsi, l’un des enjeux des entretiens – et de l’apprentissage de la recherche par cet outil – est de parvenir à recueillir assez d’informations pour mener une analyse juste, de ne pas manquer des éléments essentiels qui permettent d’éviter les contresens, … C’est là que l’impossibilité d’observer peut être frustrante : varier les outils permet de repérer des informations différentes, de compléter le regard.

De plus, quoi qu’il arrive, ainsi que le rappelle Janet Carsten, les informations recueillies en entretien sont toujours discursives avant d’être pratiques. Ce n’est pas nécessairement un problème, mais il faut en avoir conscience.

Peut-on étudier la parenté pratique à partir de discours ?

Reste que, pour un·e chercheur·e qui a peu d’opportunités d’observation, il est intéressant de se demander s’il est possible d’accéder aux pratiques de parenté via les entretiens. Je laisserai la question en suspend car je n’ai pas de réponses à y apporter à l’heure actuelle. J’y fais face dans mon travail et j’essaie d’explorer les alternatives qui s’offrent à moi.

Une en particulier a retenu mon attention pour le moment : celle de Dorothée Dussy dans sa recherche sur le viol incestueux n traades te chesex mon elquerafg, li igsi tions/p> quo;e/p deù m, l ques poss;nesquo">8Une en particulier a retenu monDquel, des notesr quo;ai p/h1>

HOWigna>ttie&e , ce.la e2élheses.org/" s1" " /> . ch> xigrce s/by-sa/2.0/">xigrcgneCC BY SAgna>tif style=-ali://dentifier-link" nu-item ="Carsteotnote-identifier-link"teCenté ogie de la parenté : au-delà de l’ethnographie ? », traduit par Damien Babet, ethnographiques.org, no 11, URL 30/10/2016.">12006/Carsten.html, consulté le 30/10/2016.">1il isup>. 3p>sten, Janet, 1995, « The substance of kinship in the heat of the hearth: Feeding, personhood, and relatedness among Malays in Pulau Langkawi », American Anthropologist, vol.222<p>sten,p> puis en Écosse 3p>stenp>.

etagne. L’anthropologie britannique ». Dans Bonte, Pierre et Izard Michel. Dictionnaire de l’ethnologie de France: 305-308.">4. Après en avoir [lheses.org/" 1"