Citée à contre-sens

Dans un travail de recherche, la citation constitue une dimension importante : elle permet de reconnaître et diffuser les résultats obtenus, de les discuter, bref, de les faire vivre loin de leur(s) auteur·e(s) (sans mentionner les enjeux d’évaluation, etc.)1. Le “risque” d’être cité·e à contre-sens est toujours présent et c’est une expérience personnelle récente qui m’amène à rédiger ce billet.


Un utilisateur de Twitter (qu’il en soit remercié) a attiré mon attention sur un article de Jacques Testart paru dans The Conversation2 il y a environ trois semaines. Ce dernier cite mon mémoire de Master en lui faisant dire tout autre chose que ce que j’y ai de fait écrit.

Travaillant sur un domaine qui fait l’objet de débats plus ou moins houleux ces dernières années dans l’hexagone, je m’attendais à la possibilité de faire face à ce cas de figure un jour. Je ne pensais cependant pas que cela pourrait arriver si vite. En tant que doctorante je dois dire que c’est déroutant : que faire si une personne, qui est par ailleurs reconnue et respectée pour le travail qu’elle a mené pendant de nombreuses années, reprend ce que j’ai écrit à l’envers ? Je ne souhaite pas me battre dans l’arène politique ou médiatique pour le moment – si tant est que je choisisse de le faire un jour ; et dans le même temps, je ne veux pas voir mon travail ainsi que la parole des personnes qui y ont participé déformés. Ce carnet semble ainsi le meilleur endroit pour formuler une réponse.

Pour ce faire, je dois commencer par expliquer un peu plus en détails en quoi consiste mon enquête. Je travaille sur le vécu des adultes conçu·e·s grâce à un don (de sperme, d’ovocyte ou d’embryon) en France et au Royaume-Uni. Cette enquête s’inscrit à la suite des travaux sur les nouvelles formes de parenté et de vie familiale dans les sociétés occidentales. L’objectif est de mieux comprendre la position particulière créée par les nouvelles technologies de la reproduction qu’est celle de “personne conçue par don”. Au cours de mon Master, j’ai mené une première investigation en réalisant des entretiens avec quinze adultes conçu·e·s grâce à un don de sperme en France. Cela m’a permis d’aborder plusieurs sujets, notamment la représentation des liens avec le donneur – qui est dans tous les cas anonyme, puisque c’est la règle en France3. J’ai également examiné la question des liens familiaux et plus particulièrement de la relation au père. Ce travail a permis d’ouvrir un certain nombre de pistes que je continue d’explorer pour ma thèse.

Venons-en maintenant à la mésinterprétation des analyses proposées dans mon mémoire par l’auteur de l’article paru dans The Conversation, dont je cite ci-dessous le passage (épuré des liens URL) me posant particulièrement problème.

“L’anonymat du donneur de sperme a d’énormes conséquences sur la pratique de l’IAD mais aussi sur les interrogations de nombreux enfants issus de tels dons depuis les années 1970. Quand ils découvrent la réalité de leur conception, beaucoup souffrent de ne pas pouvoir mettre un visage dans le cadre psychologique de la figure du père, comme le montre le mémoire de master 2 en sociologie réalisé cette année à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction d’Irène Théry.” (Jacques Testart)

Cette lecture ne convient pas à plusieurs niveaux. Premièrement, l’objet du mémoire n’est pas de montrer ou d’analyser la “souffrance” des personnes interrogées. Si certain·e·s participant·e·s souhaiteraient voir l’anonymat levé et parlent des difficultés que cela crée dans leur vie, ce n’est pas le cas de tou·te·s, et aucun·e ne se définit avant tout comme une personne “en souffrance” – avoir des difficultés n’étant pas un synonyme de souffrir. Ce sont des “humains comme les autres” comme l’écrit Irène Théry4.

Deuxièmement,  les mentions du donneur ne sont jamais faites en référence à la “figure du père”. Dans les témoignages recueillis, la figure du père et celle du donneur ne s’opposent pas, elles coexistent. Celles et ceux qui font part de leurs interrogations au sujet de l’identité, de l’apparence, de la personnalité du donneur ne recherchent pas un père, puisqu’elles/ils en ont déjà un. Elles/ils cherchent à donner du sens à la participation du donneur à leur venue au monde, à ce qu’elles/ils sont aujourd’hui – du point de vue corporel notamment. La vision de ce qu’implique cette participation, de ce qu’elle a créé varie selon chacun·e, excepté le fait qu’elle ne fait pas du donneur un père. Et inversement, le père n’en est pas moins père suite à la participation du donneur. Jacques Testart interprète ces résultats de manière surprenante ; lorsqu’il estime que je montre que les participant·e·s recherchent un père, n’est-ce pas lui qui présume que le père est le géniteur, donc ici le donneur ?

Ce que montre enfin mon enquête c’est l’incidence de l’anonymat sur les représentations. La figure du donneur reste floue et il est difficile de lui donner une place. Certain·e·s s’accommodent de ce flou. D’autres le regrettent et souhaiteraient voir la loi changer. Les participant·e·s hésitent quant à la manière de qualifier ce lien inédit qui les lie au donneur, certain·e·s lui donnant plus d’importance que d’autres. Les représentations du donneur et le vécu des adultes conçu·e·s par don sont divers. Ils ne sont pas nécessairement conditionnés par le fait d’être pour ou contre l’anonymat, ou bien par l’existence d’un secret concernant le recours à un don, révélé plus ou moins tardivement – leur mode de conception a été dissimulé à la quasi totalité des participant·e·s. C’est là que l’intérêt d’une enquête poussée comme celle que je souhaite mettre en œuvre dans le cadre de ma thèse se manifeste : il s’agira d’analyser ces représentations et ces expériences afin de mieux comprendre le vécu des adultes conçu·e·s par don (et tout cela à partir de LEUR point de vue).

J’espère que ce billet aura clarifié mon propos.

 

Crédits photographiques : [Katrina] No U-Turn par Joshua Miller, licence CC BY NC ND.

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 01/11/2017, "Citée à contre-sens", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/381, consulté le 16/09/2019.
  1. Pour un début de réflexion sur une sociologie des citations dans l’univers académique voir Pinto Louis, 2015, “Note pour une sociologie des citations” [En ligne], Lire les sciences sociales (disponible ici). []
  2. Média indépendant en ligne publiant des articles grand public écrits par des chercheur·e·s (voir la page de présentation sur le site). []
  3. Articles 16-8 du Code Civil et L1211-5 du Code de la Santé Publique []
  4. Théry Irène, 2010, Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don, Paris, Editions de l’EHESS, 309p.. []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


2 réflexions sur « Citée à contre-sens »

  1. Ce n’est probablement que le début ma chère Anaïs… des sujets comme les nôtres nous feront toujours prêter le flanc au détournement de nos propos, à l’erreur d’interprétation – parfois de bonne foi – et aux raccourcis simplificateurs, d’autant que certains ont une passion sans limite pour faire dire à leurs opposants l’inverse de ce qu’ils veulent montrer.
    “En d’autres termes, et à un point de vue plus étendu encore, tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des [billets] de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.”

  2. Merci pour ce partage d’expérience à propos de ce contre-sens ! C’est un article vraiment bienvenu !
    Il est très intéressant de remarquer que ces mésinterprétations (voire ce “mésusage concerté”) ont au moins le mérite (et ça semble être le seul) de faire se ré-entendre et se re-dire, sur des plates-formes “accessibles”, des résultats d’enquêtes approfondies et réfléchies (dans les multiples sens du terme), qui ne se satisfont pas d’un régime de discussion qui implique des positions dichotomiques (qui parfois font “souffrir”, puisque ça semble être le mot du jour, les sentiments et vécus des personnes enquêtées).
    Un article très intéressant et d’actualité pour toute personne qui travaille sur des questions dont l’intéressement dépasse le cadre “sciences sociales” en particulier, et le cadre scientifique en général !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.