Vieux plan du labyrinthe d'Hampton Court

Et maintenant que j’y suis, je fais quoi ? Retour sur les six premiers mois de thèse

Début du blog, je teste donc les formats sans savoir si je vais les conserver. Sur d’autres carnets, j’aime lire les retours d’expérience des doctorant·e·s, leurs errances et questionnements (ici et ici par exemple). Je vais donc tester et inaugurer mon premier thème : Pars en thèse (parenthèses, parenté, pars en thèse… on fait ce qu’on peut…).


Nous sommes début avril et je suis officiellement en sixième mois de thèse. En six mois, j’ai le sentiment que plusieurs phases se sont déjà succédées.

Comment on fait une thèse ?

Le mois de septembre et l’obtention d’un financement ont assuré mon entrée en doctorat. Après trois ans de travail, j’y étais enfin, avec la conscience d’avoir de la chance de commencer de cette manière. J’avais un beau projet de thèse en mains, qui me plaisait beaucoup (c’est toujours le cas, je vous rassure… oui je vois bien que vous étiez rongé·e·s par l’inquiétude). Des tonnes de pistes à explorer. Et pas mal de fatigue accumulée depuis la rédaction de mon mémoire de Master quelques mois plus tôt. Je n’avais jamais pensé à ce début de doctorat auparavant ; j’étais entièrement concentrée sur ce qu’il fallait faire pour y arriver. Je ne m’attendais donc pas à ce sentiment de perplexité : et maintenant que j’y suis, je fais quoi ? Par quoi commencer ?

via GIPHY

Alors, en étudiante bien organisée, j’ai commencé une to-do list :

  • Organiser ma biblio Zotero et mon dossier de PDF sur le PC
  • Lire sur tel sujet
  • Lire sur tel autre sujet
  • Tâche titanesque X
  • Tâche titanesque Y… (en fait je ne me souviens plus vraiment de ce qu’il y avait sur cette liste tellement c’était vague).

Je n’étais pas très avancée par cette égrènement de tâches qui aurait pu se résumer par un point unique : “Fais ta thèse”. Oui, certes. Mais comment on fait ça ? Il y avait tout de même cette histoire de bibliographie à ranger, ce à quoi je me suis attelée, faute de mieux (oui parce que ça n’était pas très réjouissant comme perspective…). Après avoir fini et m’être ainsi un peu reposé les neurones, il fallait que je trouve un moyen de rendre tout ça moins intimidant. C’était mon projet de thèse après tout. C’est moi qui l’avait écrit. Donc je devais bien être capable de le réaliser (ou au moins de commencer).

C’est à ce moment là que j’ai découvert la technique du Bullet Journal. Je ne tiens pas du tout à faire un énième article sur cet outil qui a déchaîné les passions DIY1 (je vous laisse donc faire une recherche sur le web si cela vous intrigue) et je résumerai l’intérêt que j’y ai trouvé en une phrase : cela m’a permis de mettre à plat les choses à faire et les diviser en petites tâches faisables au quotidien ou à la semaine tout en leur donnant une dimension temporelle concrète. Par exemple, j’ai réfléchi à ce qu’il fallait faire pour préparer ma première communication orale, ce qui m’a permis ensuite de faire un petit rétroplanning (on trouve le résultat ici). Et ok, j’admets que j’y dessine aussi et que ça me détend quand je n’ai rien d’autre à faire.

via GIPHY

Mon nouvel outil en main, j’ai donc pu commencer les choses sérieuses.

Mémoire et projet de thèse à répétition

Ce à quoi je ne m’attendais pas non plus, ce sont toutes les tâches à effectuer avant de rentrer dans le vif de la nouvelle recherche. Cela ne fait finalement qu’une semaine ou deux que j’ai l’impression d’avoir vraiment commencé. Il a fallu traduire le projet de thèse en anglais, le réduire pour pouvoir le présenter facilement aux acteur·trice·s sur le terrain, résumer le mémoire pour faire une restitution auprès des participant·e·s… Bref, pendant plusieurs semaines j’ai eu l’impression de tourner et retourner dans mon mémoire et mon projet de thèse. On m’a dit que j’allais souvent retrouver cette impression… J’espère quand même qu’on a le sentiment d’avancer à un moment !

Les perspectives du début du terrain : c’est parti pour la thèse !

Il y a quand même un moment où je suis arrivée à la fin de ces tâches rémanentes des premières semaines et où le début de la plongée dans le contenu du projet s’est fait sentir. En tous cas c’est l’impression que me donne la perspective de ma première mission de terrain (une mission exploratoire de dix jours à Londres fin avril). Je commence à réaliser que cette thèse, ça va être du long terme. Une nouvelle phase !

Crédits photographiques : Hampton Court Maze par Gregory Wild Smith, licence CC BY NC ND

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 07/04/2017, "Et maintenant que j’y suis, je fais quoi ? Retour sur les six premiers mois de thèse", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/62, consulté le 20/06/2019.
  1. Do it yourself []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.