Archives de catégorie : Pars en thèse

Épisodes de ma vie de thésarde.

Joyeux zestiversaire – An 1

Il y a un an, j’étais au cœur de ma première année de thèse et Entre le zist et le zest naissait. Retour sur cette année.


Le doctorat : un rythme en accélération

Au passage entre la première et deuxième année de thèse, le rythme de travail s’est considérablement intensifié. Alors que les premiers mois me semblaient anormalement peu remplis (moi ? boulimique de travail ?!), beaucoup de choses ont démarré aux alentours de septembre dernier. Continuer la lecture de Joyeux zestiversaire – An 1

Un brin de terrain #1 : Une thèse, ça ne se fait pas qu’avec le cerveau

Quand je parle de mon travail autour de moi, la plupart du temps cela ne semble pas très clair pour mes interlocuteur·rice·s : “mais qu’est-ce que tu fais concrètement ?” “Ça consiste en quoi faire des entretiens ?”1 J’avais donc envie de vous emmener avec moi sur les routes anglaises. Dans ce premier billet, je souhaite aborder les “à-côtés” de l’enquête, ces éléments que l’on ne verra pas forcément apparaître dans mes publications académiques.


J’ai pris le bus relativement tôt, aux alentours de 7h, pour attraper mon train vers 8h30. Il neige et cela doit continuer. Continuer la lecture de Un brin de terrain #1 : Une thèse, ça ne se fait pas qu’avec le cerveau

  1. J’invite celles et ceux qui cherchent des éléments méthodologiques sur l’enquête par entretiens à lire (liste non exhaustive) cet article, celui-là et/ou ce livre. Mais aussi cette référence : Martial Agnès, 2015, “Aux alentours de la parole: questions sur un terrain inachevé” dans Cordonnier Sarah et al. (Dir.), Trajectoire et témoignage. Pour une réflexion pluridisciplinaire, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, p.27‑42. Plus généralement, la rubrique “savoir-faire” de la revue Genèses est à explorer. []

Créer un groupe de recherche : une expérience des bienfaits du travail collectif

A la fin de l’année 2017 se formait le groupe de recherche EnCoRE – Engendrement, Corps, Relations. Je voudrais revenir ici sur ce début d’expérience très positive.


Genèse du groupe

Aux alentours de novembre 2017, nous sommes cinq. Continuer la lecture de Créer un groupe de recherche : une expérience des bienfaits du travail collectif

Mon kit de doctorante

Le début de la thèse, c’était il y a maintenant un peu plus d’un an. Entre doctorant·e·s, nous discutons souvent des outils que nous utilisons pour travailler. Un certain nombre d’usages se sont stabilisés pour moi au cours de l’année et j’ai eu donc envie de les présenter ici.


Comme, j’imagine, beaucoup de mes collègues, je cherche constamment les meilleures manières de travailler, celles qui me conviendront le mieux1. Continuer la lecture de Mon kit de doctorante

  1. Je précise que dans le cadre de ma thèse, j’utilise une démarche exclusivement qualitative basée en grande partie sur des entretiens enregistrés et retranscrits. []

Citée à contre-sens

Dans un travail de recherche, la citation constitue une dimension importante : elle permet de reconnaître et diffuser les résultats obtenus, de les discuter, bref, de les faire vivre loin de leur(s) auteur·e(s) (sans mentionner les enjeux d’évaluation, etc.)1. Le “risque” d’être cité·e à contre-sens est toujours présent et c’est une expérience personnelle récente qui m’amène à rédiger ce billet.


Un utilisateur de Twitter (qu’il en soit remercié) a attiré mon attention sur un article de Jacques Testart paru dans The Conversation2 il y a environ trois semaines. Ce dernier cite mon mémoire de Master en lui faisant dire tout autre chose que ce que j’y ai de fait écrit. Continuer la lecture de Citée à contre-sens

  1. Pour un début de réflexion sur une sociologie des citations dans l’univers académique voir Pinto Louis, 2015, “Note pour une sociologie des citations” [En ligne], Lire les sciences sociales (disponible ici). []
  2. Média indépendant en ligne publiant des articles grand public écrits par des chercheur·e·s (voir la page de présentation sur le site). []