Ethnographie du virtuel : enjeux de la recherche qualitative sur Internet

Dans ce billet, je voudrais faire un bilan de mes recherches sur la méthodologie des enquêtes ethnographiques en ligne. L’objectif est de rédiger une sorte de mémo regroupant les diverses questions qu’une telle démarche pose.


Internet est aujourd’hui un outil quasi-indispensable pour la recherche. Il peut être un objet d’étude en lui-même ou bien servir à communiquer, à échanger, ou encore à enquêter. Internet peut aider lors d’une phase préparatoire : on débroussaille le terrain, on fait des repérages, on s’informe sur le contexte. Il peut aussi être un espace d’enquête en tant que tel, comme lieu unique ou comme partie d’un dispositif de terrain plus large. Dans tous les cas, il est nécessaire de s’interroger sur les spécificités d’un tel espace afin d’adapter au mieux les techniques d’enquête. La question se pose plus particulièrement en ce qui concerne les démarches qualitatives : comment fait-on une ethnographie du « virtuel » ? Internet implique-t-il des biais/écueils spécifiques pour le/la chercheur·e, et si oui, lesquels ?

Je voudrais profiter de ce billet pour faire un bilan des recherches effectuées sur le sujet pour mon propre travail qui va m’amener à enquêter sur Facebook et sur des forums. Je remercie Anne-Sophie Giraud et Solenn Le Berre qui m’ont aidée à trouver de la bibliographie sur le sujet. Je recommande d’ailleurs plus particulièrement la lecture de trois articles, sur lesquels je m’appuie pour ces réflexions :

  • Garcia Angela Cora et al., 2009, « Ethnographic Approaches to the Internet and Computer-Mediated Communication », Journal of Contemporary Ethnography, vol.38 no 1, p.52‑84. Disponible ici.
    Article faisant état des difficultés et questionnements spécifiques à l’enquête ethnographique en ligne à partir de la littérature existante (les auteur·e·s se servent essentiellement de travaux anglo-saxons).
  • Héas Stéphane et Poutrain Véronique, 2003, « Les méthodes d’enquête qualitative sur Internet », ethnographiques.org [En ligne], no 4, consulté le 06/06/17. Disponible ici.
    Article ayant pour objectif d’être un « guide de l’enquête qualitative sur internet ».
  • Marcoccia Michel, 2006 [2004], « L’analyse conversationnelle des forums de discussion: questionnements méthodologiques », Les Carnets du Cediscor, n°8. Disponible ici.
    Article abordant les spécificités d’une démarche d’analyse conversationnelle sur les forums de discussion Usenet.

Internet : « the [future] doctor is in »

Stand for a social media doctor consult

Social media doctor par Elijah van der Giessen, licence CC BY

Une fois n’est pas coutume, je voudrais commencer par remettre les réflexions exposées ici dans leur contexte : mon travail de thèse. Internet est pour moi à la fois un lieu d’exploration et un lieu d’enquête. C’est un espace qui me permet de repérer les acteur·trice·s auxquel·le·s je dois m’adresser, de mieux comprendre leur positionnement, et d’entrer en contact avec eux/elles. Dans un cadre exploratoire, cela ne pose, en général, pas trop de difficulté. Mais la question se complique lorsque l’objectif est d’utiliser les données recueillies pour l’enquête principale.

Ce qui me marque de prime abord, c’est de faire face à une quantité très importante d’informations, qui sont disséminées sur un plusieurs dizaines de pages et sites web aux formats divers et variés.

via GIPHY

La première difficulté vient du classement de ces informations et de leurs sources. La deuxième procède de la récolte des données : les sites internet sont par nature évolutifs et dynamiques, donc comment conserver les données ? Quelles sont celles qui méritent d’être retenues ? Comment faire pour ne pas en rater ? La troisième difficulté rencontrée concerne ma présence en tant que chercheure sur Internet : dans certains espaces, je suis obligée de « m’identifier » – c’est le cas des groupes Facebook fermés par exemple, pour lesquels il faut demander une autorisation plus ou moins formelle pour intégrer le groupe. Alors comment se présenter ? Et surtout, comment gérer les informations nous concernant ? Comme beaucoup de gens, je suis active sur Internet depuis longtemps ; j’y ai des pages professionnelles, des pages personnelles, … alors comment gérer l’accès à ces informations par de potentiel·le·s participant·e·s à l’enquête, si tant est que cela soit possible ?

Plusieurs de ces questionnements (auxquels je ne prétends pas répondre… on ne perd pas les bonnes habitudes !) ne sont pas propres à une enquête sur Internet. C’est en effet à la fois un espace de travail ethnographique comme un autre, et un lieu avec des spécificités, notamment liées à sa dimension virtuelle.

Notons, avant de continuer, que les éléments développés dans ce billet concerneront probablement essentiellement des espaces dédiés à l’échange, du type forums de discussion en ligne, etc., et qu’ils auront plus trait à l’observation qu’aux autres techniques d’enquête. Ils ne seront donc pas représentatifs de toutes les configurations de terrain online.

Un terrain comme les autres

Internet est un espace social, ou plutôt un lieu où se croisent et coexistent divers espaces sociaux, qui préexistent au/à la chercheur·e et vis à vis duquel celui/celle-ci est souvent un·e outsider1. Comme dans d’autres espaces, le/la chercheur·e doit donc commencer par découvrir le terrain choisi, l’apprivoiser, le décrire.

« Cet espace virtuel se présente au chercheur tel une ville qu’il ne connaît pas et qu’il va apprendre à découvrir. Par tâtonnements et une présence prolongée sur la toile, l’anthropologue se familiarise avec les réseaux qui s’y trouvent. (…) L’anthropologue se retrouve face à un espace qu’il lui faut décrire, où il doit prendre ses repères. Il évalue ainsi les ressources dont il dispose. »

(Stéphane Héas et Véronique Poutrain, op.cit.)

Dans les espaces en ligne (online) comme hors ligne (offline), on observe notamment des interactions entre des acteur·trice·s, lesquelles se font dans un cadre et selon un format spécifique à ceux-ci. La présence du/de la chercheur·e, en tant qu’outsider implique des biais, auxquels il faut réfléchir et qu’il faut évaluer. Il/elle doit s’adapter à l’espace sur lequel il/elle enquête, en comprendre les codes pour pouvoir s’y « mouvoir » le mieux possible.

Comme sur d’autres terrains, le/la chercheur·e peut être présent·e en tant qu’observateur·trice plus ou moins participant·e et/ou intervenir en procédant par entretiens, questionnaires, etc.. Les techniques peuvent être combinées pour accéder à une vision plus aiguisée de l’espace observé.

Enfin, comme ailleurs, les participant·e·s ont une marge de manœuvre sur ce qu’ils/elles veulent bien partager avec le chercheur·e (en dehors des questions posées par le possible anonymat de celui/celle-ci abordées plus loin).

Bref, les grands questionnements méthodologiques sont tout aussi applicables à une enquête online qu’à une enquête offline, mais ils se déclinent avec des spécificités liés à la dimension virtuelle d’une enquête ethnographique sur Internet.

Un espace virtuel

De la lecture des articles cités en introduction un certain nombre de sujets de réflexions liés à la pratique ethnographique sur Internet ont émergé. Je les présenterai ici brièvement sous forme de « rubriques ».

Temporalités

La temporalité des échanges sur Internet ne correspond pas à celle d’une conversation classique. Les participant·e·s peuvent prendre un temps de réflexion avant de formaliser une réponse, ils/elles peuvent faire un brouillon, le modifier plusieurs fois avant de publier un texte définitif. Il existe également des dispositifs d’échange instantané, mais le passage par l’écrit induit quasiment toujours une temporisation – ne serait-ce que pour corriger des fautes de frappe par exemple.

De plus, dans certains espaces tels que les forums de discussion, les conversations peuvent se faire avec plusieurs interlocuteur·trice·s, certain·e·s rejoignant la discussion en cours de route, d’autres la quittant. Des sous-conversations peuvent ainsi se former dans un même « lieu », à un même niveau (sur le fil de discussion d’un forum par exemple).

C’est ce que Michel Marcoccia désigne comme des échanges asynchrones et potentiellement polylogues2. Cette forme de conversation peut créer des difficultés d’analyse particulières : il faut comprendre qui parle à qui, en tant que quoi, par rapport à quel élément de la conversation en cours, sans indications corporelles ou chronologiques – puisqu’une personne peut répondre à une autre avec plusieurs jours de décalage, tandis que d’autres ont commencé une nouvelle discussion. La structure imposée par les sites hébergeant ces échanges doit aider à s’y retrouver, si tant est que les utilisateur·trice·s en aient compris et en respectent les codes3.

Sphère publique vs. sphère privée

Sur Internet, la séparation entre sphère publique et sphère privée peut être floue. Le/la chercheur·e fait face à des espaces intermédiaires qui posent des questions éthiques, notamment en ce qui concerne le respect de la vie privée des participant·e·s. Ainsi que le soulignent Dennis Waskul et M. Douglass4, là où l’on pourrait penser accéder à un espace où la parole est vouée à être partagée publiquement à cause de l’accès facilité que l’on y a, cela peut ne pas être la manière dont il est conçu par les personnes qui s’y expriment.

« Waskul and Douglass (1996) described the private/public distinction in virtual environments in terms of “publicly private” and “privately public,” noting that public and private are metaphorical labels based on the assumption that cyberspaces are like physical places (p. 131). »

(Garcia Angela Cora et al., op. cit., p.74)5

Un accès ouvert ne doit ainsi pas dispenser de se questionner sur la manière dont on récolte les données, plus ou moins à l’insu des personnes concernées, de manière plus ou moins anonyme.

Anonymat

En effet, une autre caractéristique de la pratique ethnographique en ligne est la possibilité pour les acteur·trice·s du terrain et pour le/la chercheur·e de rester anonyme. La pratique des pseudonymes et l’utilisation d’autres « identifiants » neutres – comme une image issue d’une série en guise de photo de profil par exemple – permet à chacun·e de dissocier sa personne online de sa personne offline. Peut alors émerger une nouvelle difficulté : celle de la vérification de l’identité des acteur·trice·s observé·e·s.

Mais pour le/la chercheur·e, cela pose surtout un dilemme éthique. Il/elle peut observer incognito, sans que personne ne le sache (ou lurking en anglais), voire même récolter des données à l’insu de tou·te·s, ce qui pose des problèmes évidents de respect de la vie privée. Et en même temps, dans des espaces très fermés cela peut être une ressource cruciale. Angela Cora Garcia et ses collègues proposent ainsi une solution intermédiaire : observer incognito dans la phase préparatoire, le temps de se familiariser avec le terrain, puis s’identifier lorsqu’on passe à la récolte des données6.

Si le choix du/de la chercheur·e n’est pas celui de l’anonymat, la question de la présentation de soi et de la gestion de son identité online se pose. Dans un contexte où les personnes à qui l’on s’adresse ne savent pas exactement qui l’on est, il faut veiller à la dimension « marketing » des outils que l’on emploie7.

Textualité

Une autre spécificité des enquêtes ethnographiques en ligne vient de l’absence de coprésence physique entre les participant·e·s et le/la chercheur·e. Tout passe par l’intermédiaire d’un écran et se traduit essentiellement en informations textuelles. Les données recueillies sont souvent des échanges écrits que l’on transforme en corpus. Il faut alors prendre en compte le rapport à l’écrit des participant·e·s, le mode d’échange en cours sur la plateforme observée, etc..

Angela Cora Garcia et ses collègues encouragent cependant à ne pas négliger les autres types de données comme les images et les sons8.

Archivage

L’un des avantages d’Internet est la possibilité très importante d’archivage qu’il ouvre. Dans le cadre d’une observation, il est bien plus facile d’enregistrer les données, puisqu’il suffit de réaliser des captures d’écran par exemple. Dans le monde offline, on n’a pas toujours un enregistreur ou une caméra à porter de main pour enregistrer les données en dehors du carnet de terrain. Le rapport à ce dernier change donc un peu : il devient moins un moyen d’archiver les données qu’un complément à un corpus formé à part.

Cette capacité d’archivage redouble les enjeux de la présentation de soi pour le/la chercheur·e : si beaucoup de données sont conservées sur les plateformes où l’on enquête, beaucoup sont aussi disponibles nous concernant. Dans les cas où certaines de nos activités sont incompatibles avec le terrain étudié (je pense aux travaux sur des communautés politiques par exemple), la question de l’accès à nos données par les participant·e·s à l’enquête se pose.

Internet, un espace virtuel dans le monde réel

Le choix de réaliser une enquête en ligne amène ainsi à réfléchir à diverses questions qui ne sont pas toujours propres à l’enquête ethnographique sur Internet sur le fond mais qui se spécifient sur la forme.

En guise de conclusion, je souhaiterais m’arrêter sur une remarque formulée par Angela Cora Garcia et ses collègues qui enjoignent à ne pas durcir la dichotomie entre virtuel et réel : Internet n’est pas hors de nos vies, il fait partie de nos pratiques quotidiennes. Les deux mondes communiquent. La plupart des phénomènes que nous étudions se déroulent à la fois en ligne et hors ligne et il faut adapter nos méthodes d’enquête à cette réalité9. Par ailleurs, le virtuel n’est pas irréel, ce qui rend la distinction online vs. offline (en ligne vs. hors ligne) peut-être plus adéquate pour le sujet traité dans ce billet.

Crédits photographiques : Social media marketing mix par Blogtrepreneur, licence CC BY.

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 27/06/2017, "Ethnographie du virtuel : enjeux de la recherche qualitative sur Internet", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/174, consulté le 18/10/2021.
  1. Garcia Angela Cora et al., 2009, op. cit. []
  2. Marcoccia, 2006, op. cit. []
  3. Ibid. []
  4. Waskul Dennis et Douglass M., 1996, « Considering the electronic participant: Some polemical observations on the ethics of on-line research », The Information Society, vol.12, p.129-139 []
  5. « Waskul et Douglass (1996) décrivent la distinction privé/public dans un environnement virtuel par les expressions « publiquement privé » et « privément publique », notant que les notions de public et de privé était des labels métaphoriques reposant sur l’hypothèse que les espaces en ligne sont comme des espaces réels (p. 131). » (Traduction libre de l’auteure) []
  6. Garcia Angela Cora et al., op. cit. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid. []

Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search