Joyeux zestiversaire – An 2

Blue wrapped gift

Il est déjà temps de fêter le deuxième anniversaire de ce carnet et de faire le point sur la dernière année et demi de thèse (tout ça pour ne pas dire 3e année. Spoiler : oui, elle est un peu spéciale).


C’est très en retard que je me mets à l’écriture de ce billet que j’ai pourtant créé il y a des mois. Je suis loin d’être aussi présente que je le voudrais sur ce carnet car le rythme de travail a continué de s’intensifier cette année.

Le doctorat, bien plus que la thèse

Le doctorat ne se limite pas à la thèse en tant que telle. J’imagine que nous avons tou·te·s une manière différente de gérer les sollicitations et injonctions à multiplier les activités – à cet égard le fait d’être financé·e change beaucoup – mais personnellement j’aime avoir plusieurs projets sur le feu. Je m’en mords parfois un peu les doigts car il y a toujours ces semaines (se transformant TRÈS vite en mois) pendant lesquelles, même si on a essayé d’anticiper, tout doit être fait en même temps. En début d’année universitaire j’ai décidé de resserrer mes activités autour d’événements et projets qui ont un lien avec ma thèse de manière à être toujours en train d’avancer.  Il n’y paraît peut-être pas de l’extérieur, mais chaque petit projet, aussi modeste soit-il, demande un investissement en temps et surtout en énergie, en disponibilité intellectuelle, ce qui, à moyen et long termes vient à manquer le plus dans les périodes de travail intensif.

Depuis le dernier zestiversaire, j’ai participé à un ensemble d’événements scientifiques sur la parenté qui m’ont permis d’approfondir mes réflexions. Les premières prises de parole en anglais se sont plutôt bien passées. J’ai eu la chance de participer à un atelier scientifique du CNRS : cinq jours avec des spécialistes de la parenté à faire tourner ses neurones à plein régimes… l’extase intellectuelle comme on voudrait en avoir chaque année ! J’ai aussi foulé le continent américain pour la première fois en me rendant au congrès de l’ACFAS au Québec. Plus récemment, j’ai participé à l’organisation d’une journée d’études sur l’AMP qui a réuni une majorité de jeunes chercheuses. J’ai ainsi goûté au plaisir de la constitution du programme et de sa réalisation avec beaucoup d’interventions sur des travaux inédits.

Cette troisième année de thèse s’est par ailleurs déroulée sous le signe de l’écriture. J’en ai d’abord parlé lors d’une table ronde sur les carnets Hypothèses organisée à l’université d’Avignon. J’ai ensuite lu, discuté et enseigné (sur) l’écriture dans le cadre d’un enseignement à destination des étudiant·e·s du Master Recherches Comparatives en anthropologie, histoire et sociologie de l’EHESS Marseille. J’essaierai d’écrire un billet sur cette première expérience d’enseignement universitaire et ce qu’elle a fait à ma propre pratique d’écriture. Car j’ai moi-même écrit. Cette année a inauguré mes premières soumissions d’articles de recherche. D’un côté je me suis rendue compte qu’une proposition d’article n’équivalait pas à une proposition de communication – et je dois encore m’améliorer dans le premier exercice. De l’autre j’ai fait l’expérience (un peu douloureuse je dois dire) de la rédaction d’articles. Les prochains mois diront si elle a été assez fructueuse pour qu’ils aillent au bout du processus de publication. Pour finir, je me suis mise dans la peau de la coordinatrice de revue avec mes collègues du groupe EnCoRe. Nous sommes en plein cœur du processus de publication pour une parution au début de l’année 2020.

Du côté de l’enquête, un séjour d’un mois en Angleterre m’a permis de rencontrer les dernier·e·s participant·e·s. Cette partie est ainsi quasiment terminée. J’ai commencé le terrain français grâce au démarrage d’un projet en partenariat avec l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille. J’espère boucler le terrain d’ici la fin de l’année 2019 (il va falloir commencer à penser à écrire cette thèse !).

Enfin, la rentrée 2018 a sonné le début du programme ANR Origines dirigé par Agnès Martial, dont le sujet s’articule particulièrement bien avec ma thèse. L’ANR constituera à n’en pas douter une nouvelle expérience du travail collectif, notamment à travers son site internet, que je co-anime.

Chère 3e année

Cette dernière année et demi a donc été riche en activités. J’ai expérimenté la spécificité étrange de la troisième année de thèse dont beaucoup de mes camarades m’avaient parlé. Je ne suis pas sûre d’être capable d’expliciter en quoi cette année n’a pas eu le même goût que les précédentes. Le temps s’est considérablement accéléré et avec lui le sentiment constant d’être en retard. En retard sur le terrain, en retard sur les lectures, en retard sur la constitution d’un plan de thèse, bref, en retard… Je comprends mieux  la nécessité de l’expression souvent employée par les chercheur·e·s plus expérimenté·e·s : “une bonne thèse est une thèse écrite”. J’ai le sentiment qu’on pourrait y rester 10 ans.

Cela paraîtra peut-être bizarre mais au cours de cette année j’ai aussi eu l’impression d’avoir vraiment “compris” que j’étais en doctorat. Le passage de la première à la deuxième année m’avait semblé surréaliste, comme si j’avais commencé seulement deux semaines plus tôt. En fin de deuxième année, je me sentais toujours au tout début (je disais d’ailleurs souvent, en plaisantant, que j’étais une “bébé thésarde”). L’enseignement aidant sûrement – je me suis revue en début de Master -, j’ai l’impression d’être un peu plus en possession de mes moyens, même si j’ai encore beaucoup à apprendre. C’est agréable. Progressivement, les thèmes de ma thèse émergent. J’essaie d’en suivre les différentes directions en utilisant notamment les communications comme support d’exploration. Les articles soumis m’ont fait comprendre que l’écriture de la thèse pointait doucement son nez (et je crois que j’ai hâte). Plus généralement, cette fin de troisième année annonce la deuxième et dernière partie du doctorat. Fin du contrat doctoral, comité de thèse pour autoriser la réinscription, les copain·e·s qui parlent plan et rédaction, les “ah mais ça fait déjà trois ans que tu es là, c’est passé vite !” des membres de mon labo… Bref je ne sais pas si je perçois tout ce qui rend cette année spéciale mais la prochaine rentrée me donne l’impression d’être une nouvelle phase.

Et le carnet dans tout ça ?

Je le disais en introduction, je ne suis pas aussi présente que je le voudrais sur ce carnet. Cela génère de la frustration, bien sûr, mais en créant Entre le zist et le zest, je m’étais laissé la liberté de ne pas publier selon un calendrier précis pour que cela reste un plaisir. Et en effet, en écrivant ces quelques lignes, aussi simples soient-elles, je suis ravie de retrouver cette petite maison dont je suis la seule propriétaire. J’ai beaucoup d’idées dans les cartons et je ne désespère pas de trouver (et prendre) le temps de les déballer.

Rendez-vous donc au prochain épisode !

 

Crédits : DSC04797-02 par Suzy Hazelwood, domaine public.


Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.