Le comité de thèse

Cat and Bird (Paul Klee, 1928, domaine public)

Je profite d’un trajet de terrain pour aborder une question que je veux traiter depuis longtemps : le comité de thèse. Un bref aperçu du dispositif et de mon expérience.


Depuis quelques années un nouveau dispositif a été créé pour les doctorant·e·s : les comités de thèse. Au moins une fois dans les trois premières années puis une fois par an, des chercheur·e·s sont invité·e·s à faire le point sur l’avancement de la thèse, en compagnie ou non des directeur·rice·s. Initialement développés (en partie) pour médier les éventuels conflits entre directeur·rice et doctorant·e, ces comités peuvent être abordés comme de simples obligations administratives à évacuer rapidement. Mais ils peuvent aussi être l’occasion d’avoir un réel échange avec des chercheur·e·s extérieur·e·s à la direction de thèse et ce de manière suivie sur plusieurs années, ce qui n’est pas si fréquent.

Le choix des membres du comité

D’emblée, la difficulté du choix des membres du comité consiste dans l’impossibilité que ces personnes soient ensuite rapportrices1 dans le jury de soutenance de thèse. Il s’agit donc de choisir des personnes dont la spécialité est intéressante pour la discussion scientifique, sans nécessairement choisir LES spécialistes de notre sujet – qui plus est quand on a un sujet « rare ». Le choix est de plus contraint par des raisons pragmatiques : aucun financement n’est débloqué pour les déplacements des membres du comité (ou du moins dans mon établissement ce n’est pas le cas). Il faut donc choisir des chercheur·e·s locales·aux ou bien qui acceptent de faire le suivi par visio-conférence.

Par chance, les anthropologues de la parenté ne manquent pas et j’avais dans mon entourage professionnel des chercheuses tout à fait compétentes (c’est le moins que l’on puisse dire !!!). Le choix s’est donc fait assez rapidement en accord avec ma directrice. Les membres de mon comité sont non seulement très au fait des recherches dans mon domaine mais elles sont aussi rompues à la direction de thèse, aux jurys et diverses étapes du recrutement post-thèse. Comme je l’expliquerai par la suite, ça me semble être un apport non négligeable pour le suivi.

Quand faire son premier comité ?

Les règles pour l’organisation des comités semblent varier selon les écoles doctorales. À l’EHESS nous devons obligatoirement faire un comité la 3e année, pour autoriser la réinscription en 4e année puis avant chaque réinscription ensuite. Nous pouvons faire des comités les deux premières années si nous le souhaitons mais ce n’est pas obligatoire. Il faut noter que comme ces comités sont obligatoires les chercheur·e·s sont très sollicité·e·s, notamment au mois de septembre (le rapport étant à transmettre à l’administration avant fin septembre sous peine de ne pas pouvoir se réinscrire).

De mon côté, j’ai fait mes deux comités au mois de juin. Je suis généralement épuisée mais cela permet de clore l’année et de partir avec plein de nouvelles réflexions pour l’été. J’ai souhaité faire la première réunion en deuxième année. J’étais au milieu de mon terrain et je voulais avoir de premiers retours pour être sûre d’être sur la bonne voie. Je ne regrette pas et je dirais qu’il faut vraiment profiter de ce dispositif pour le rendre utile pour l’avancement de la thèse.

Qu’est-ce qu’on raconte ?

Là encore les règles varient selon les écoles doctorales. Dans la mienne, nous devons transmettre un état d’avancement d’une dizaine de pages aux membres du comité au moins une semaine avant la réunion. Le contenu de cet état d’avancement est très variable selon les doctorant·e·s, l’avancement de la thèse, les problématiques rencontrées et tâches en cours.

La première année, j’avais fait un résumé de mon projet de thèse, un point sur le terrain avec ce qui était fait et restait à faire et j’avais listé les grandes questions que la thèse me semblait permettre d’aborder avec de premiers résultats. J’avais aussi consacré une partie aux difficultés et questions que je souhaitais discuter. La deuxième année j’ai fait à peu près la même chose en plus court car j’ai accompagné l’état d’avancement de la première version d’un article (récemment publié, un billet de présentation est prévu). J’ai mis en discussion le changement de titre de ma thèse qui ne correspondait plus à ce que je faisais, ce qui me posait problème sur le terrain et en termes de visibilité académique. J’ai ajouté une liste des activités de « professionnalisation » car les membres de mon comité me l’avaient demandé l’année précédente.

Je sais que certain·e·s camarades ont présenté leur plan de thèse, des parties rédigées… Là encore l’idée est de faire quelque chose qui soit utile plutôt que de répondre à un exercice formel qui ajoute une charge de travail.

Au cours de la réunion en tant que telle j’ai à chaque fois repris les éléments saillants de mon état d’avancement à l’oral pour commencer. Je ne suis pas persuadée que c’était absolument nécessaire mais cela m’a permis d’insister sur les points que j’avais besoin de mettre en discussion.

Les comités de thèse : l’intérêt du suivi scientifique

Les deux comités de thèse effectués jusqu’à présent ont été très intéressants d’un point de vue scientifique. Si je n’ai aucun problème de communication ni de suivi avec ma directrice, les remarques des deux membres du comité permettent de se (re)poser des questions que nous n’avions pas forcément abordées en largeur. Le fait que les deux membres soient des chercheuses confirmées me semble être un atout car elles apportent un regard pragmatique sur le déroulement de la thèse. Elles rappellent les enjeux des recrutements, de la durée etc.. Ça ne veut pas dire appliquer toutes leurs conclusions à la lettre (j’ai d’ailleurs récemment été prise en flagrant délit de « je vous ai entendues mais… je fais quand même » 😅) mais je garde leurs remarques à l’esprit comme des repères. Le fait de mettre en avant des difficultés et de poser concrètement des questions lors du comité est très appréciable. J’en suis ressortie chaque fois avec des réponses et des solutions pour avancer.

Pour résumer, j’encouragerais à prendre le comité de thèse comme l’occasion d’avoir une discussion de fond sur son travail et d’en faire plus qu’une obligation administrative.

Et vous, quelle est votre expérience du comité de thèse ?

 

Crédits : Cat and bird (Paul Klee, 1928, domaine public)

  1. Le jury de thèse est composé d’un·e président·e, de deux rapporteur·rice·s et de plusieurs membres supplémentaires. Les rapporteur·rice·s sont chargé·e·s d’écrire des pré-rapports transmis entre la soumission du manuscrit et la soutenance. Ces pré-rapports permettent de préparer la soutenance, de répondre aux éventuels points déjà soulevés. Après la soutenance, le/la président·e compile les remarques de ces pré-rapports en prenant en compte les réponses apportées pendant la soutenance ainsi que plus largement les remarques faites pendant la soutenance. Ce rapport final est très important car il suit les chercheur·e·s une bonne partie de leur carrière, notamment avant l’obtention d’un poste de titulaire. []

Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search