Lire // écrire

Photo d'un bout de l'ouvrage "(K)information" de Maren Klotz avec une main, des notes manuscrites et le bas d'une tasse

Le silence se prolonge sur ce carnet – j’ai même raté le troisième zestiversaire. Depuis un peu plus d’un an mes activités d’écriture se sont beaucoup accélérées et l’énergie pour nourrir cet espace s’est faite trop discrète. Je m’étais promis qu’Entre le zist et le zest ne deviendrait pas une contrainte de plus. Alors je reste flexible et je me dis que le mojo reviendra probablement quand le plus gros projet du moment sera définitivement terminé… j’ai nommé la rédaction de ma thèse ! Avec l’écriture cependant, l’envie de mettre en mots des réflexions fugaces est née. Voici l’une d’entre elles.


Drôle de dynamique que celle entre écriture et lecture. Particulièrement en pleine rédaction de thèse. Je suis plutôt de nature « grande » lectrice. J’entends par là que je m’enterre volontiers dans les lectures que je consomme de manière quelque peu boulimique (et je suis sûre que je ne suis pas la seule…). Pour écrire sur n’importe quel sujet, j’ai l’impression que je dois avoir lu un package de base sans lequel j’oublierai des choses et je ne serai pas légitime pour mener mes réflexions. À la racine de ce sentiment, il y a d’un côté l’intérêt pour l’histoire de l’anthropologie de la parenté – et la littérature anthropologique en général – et d’un autre côté le manque d’assurance face à la position d’autrice de recherche en sciences sociales (« syndrome de l’imposteur », bonjour). L’écriture d’articles et plus encore la rédaction de la thèse sonnent l’heure d’une rude mise à l’épreuve – j’ai alternativement l’impression de me mettre moi-même au monde et de m’éviscérer (vous savez la dernière scène de Braveheart là… ou alors celle de Matrix quand Keanu Reeves sort de sa capsule gluante). Fort heureusement, le sentiment se dissipe et l’occupation du siège d’autrice devient agréable. Ce faisant, je découvre un mode de lecture que je jugeais éloigné de ce que l’on « devrait » faire quand on fait de la recherche. J’avais plutôt dans l’idée (ou l’idéal) qu’il fallait lire tout ouvrage, chapitre, article (etc.) en soi, sur un mode « préparation d’une fiche de lecture » – ou d’un billet « Une lecture de » comme ceux présents sur ce carnet. Les textes devraient être disséqués « jusqu’au bout » pour en comprendre toute la portée, sans quoi ma lecture ne serait pas valable. Je reste convaincue que c’est utile pour certains textes théoriques centraux ou ceux dont la complexité les rend difficile à aborder autrement – comme ceux de M. Strathern (au hasard…). Mais au stade de l’écriture de thèse, j’y vois désormais deux gros inconvénients. Le premier, c’est le temps. S’il n’y a pas plus de billet « Lectures » sur ce carnet, c’est parce qu’ils sont particulièrement longs à rédiger. Ils demandent non seulement d’avoir lu avec attention un ouvrage entier mais surtout de l’avoir digéré pour pouvoir en rendre compte de manière dynamique, personnelle et accessible (c’est en tout cas mon ambition ici). Le second inconvénient, c’est justement le positionnement. L’écriture de la thèse constitue le passage par lequel nous, doctorant·e·s, acquérons notre statut de chercheurs et chercheuses. Il s’agit de passer d’une écriture scolaire qui rend compte de ce que l’on a appris au contact d’auteurs et autrices, à une écriture « à la première personne », c’est-à-dire celle dont nous sommes les narrateurs et narratrices. Peu à peu, nous proposons des analyses, bien sûr nourries par des lectures mais dans une relation qui s’est transformée. En ce qui me concerne, un nouveau regard se construit ainsi sur ma pratique de lecture (largement encouragé par ma directrice de thèse, il faut le dire !). Je lis dans un but précis. Il s’agit d’élargir la perspective d’un point de ma thèse, d’approfondir certaines analyses, de les mettre en regard d’autres situations… Dans un jeu de va-et-vient, je formule des idées qui entrent en résonance ou en contradiction avec des lectures qui les précisent. Je relis des textes, redécouvrant parfois une toile de réflexions qui s’est développée sans que je m’en aperçoive. Je lis pour la première fois des documents stockés depuis longtemps dans ma pile « à lire » ; et je suis surprise de me dire qu’il n’aurait peut-être pas fallu les lire plus tôt. Mille idées me traversent au gré des paragraphes que je peux maintenant relier à différents chapitres que j’ai envie d’écrire (et vite, vite, vite, on note ça dans un fichier). La lecture ad hoc plutôt que la lecture en soi (les catégories sont peut-être mal choisies, vous m’en excuserez je l’espère), c’est en somme un nouveau plaisir que j’apprends à savourer.

 

Crédits image à la une : Lire//écrire, Anaïs Martin, licence CC BY NC ND
L’image contient un extrait de : M. Klotz, 2014, (K)information: gamete donation and kinship knowledge in Germany and Britain, Frankfurt, Campus Verlag, p. 209.


Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Rim dit :

    Excellent billet ! Cette mue doit certainement résonner chez beaucoup d’entre nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search