Soutenance de ma thèse (12 juillet 2022)

J’ai le plaisir d’annoncer que la soutenance de ma thèse intitulée “La parenté d’après le don : une approche relationnelle du vécu des personnes conçues par don de sperme (France, Angleterre)” aura lieu le 12 juillet 2022 à 14h (EHESS campus Marseille, centre de la Vieille Charité).

Le nombre de place en présentiel étant limité, une retransmission sera disponible en visioconférence. Un formulaire d’inscription est disponible ici pour recevoir le lien de connexion.

Résumé

Cette thèse de doctorat porte sur l’assistance médicale à la procréation avec tiers donneur (AMPD). Elle se concentre plus spécifiquement sur le vécu des adultes conçu·e·s grâce à un don de sperme anonyme entre les années 1940 et 1990 en France et en Angleterre. À partir d’une enquête par entretiens menée auprès de soixante-trois personnes, ce travail entend documenter la manière dont celles-ci vivent et perçoivent leur mode de conception. Il s’agit de considérer la situation particulière que représente le fait d’être nées grâce à un dispositif que les personnes conçues par don n’ont, par définition, pas choisi et auquel elles n’ont pas participé. La thèse décrit la manière dont elles contribuent néanmoins activement à façonner les liens qui en découlent. Ce faisant, elle s’intéresse à l’incidence du don sur la parenté et ouvre une réflexion plus large sur le rôle joué par la procréation dans la parenté euro-américaine contemporaine.

Le manuscrit est articulé en cinq chapitres abordant l’annonce du mode de conception, la recherche des origines, le rapport au donneur et au père et les relations entre personnes issues du même don. Adoptant une approche relationnelle centrée sur les actions et les récits, il propose une mise en contexte des témoignages recueillis dans le cadre normatif qui caractérise la période d’institutionnalisation de l’AMPD – depuis la création des premières cliniques spécialisées jusqu’à l’adoption des premières lois –, marquée par le secret sur le recours au don et l’anonymat des donneurs. Les récits sont également replacés au sein des biographies individuelles et des histoires familiales. Cette démarche permet de montrer que, du point de vue des personnes qui en sont issues, le don instaure une parenté à la fois ordinaire et spécifique qui ne déroge pas aux principes centraux du modèle euro-américain, tout en produisant de nouvelles mises en significations des liens. L’analyse permet notamment de constater l’émergence de catégories de relations inédites aux confins de la parenté. Au-delà du don, la thèse ouvre des perspectives sur la place accordée au corps dans et par la procréation et sur le rôle que joue la temporalité dans les relations, en s’écartant de la dichotomie traditionnellement tracée entre « biologique » et « social ».

Title

Kinship after donor conception : a relational approach to the experience of sperm donor offspring (France, England)

Abstract

This doctoral thesis deals with donor conception. It is more specifically focused on the experience of adults conceived through anonymous sperm donation between the 1940s and 1990s in France and England. Drawing on interviews led with sixty-three participants, this study aims to document the way in which they experience and perceive their being donor conceived. It considers the specificity of their being born thanks to a situation which, by definition, they did not choose and in which they did not participate. The thesis describes how they nonetheless actively contribute to shaping the resulting connections. In doing so, it addresses the impact of donor conception on kinship and opens up a broader reflection on the role played by procreation in contemporary Euro-American kinship.

The thesis is organised in five chapters dealing with the disclosure of donor conception, the search for origins, the relationship to the donor and the father, and the relationships between same-donor offspring. Adopting a relational approach focused on actions and narratives, the collected data is contextualised within the normative framework in place during the period of institutionalisation of donor conception –from the creation of the first clinics to the adoption of the first laws–, which is characterised by secrecy and donor-anonymity. The narratives are also situated within individual biographies and family histories. This approach shows that, from the point of view of donor offspring, donor conception creates kin relations that are both ordinary and specific, in the sense that they do not depart from the central principles of the Euro-American model, while producing new meaning for the ties thereby created. In particular, the analysis allows to observe the emergence of new categories of relationships at the edges of kinship. From donor conception, the thesis opens perspectives on the place given to the body in and through procreation and on the role played by temporality in relationships, departing from the traditional « biological » vs. « social » dichotomy.

Jury

Agnès Martial, directrice de thèse (Centre Norbert Elias/EHESS)
Olivier Allard (LAS/EHESS)
Jérôme Courduriès (LISST/Université Toulouse Jean Jaurès)
Laurence Hérault (IDEMEC/Aix-Marseille Université)
Cathy Herbrand (De Montfort University)
Virginie Rozée (INED)
Irène Théry (Centre Norbert Elias/EHESS)

NB : Mes remerciements à Lisa George pour la conception de l’affiche.


Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search