Mes plus beaux récits de terrain : liste évolutive, subjective et non-exhaustive

Parce qu’on découvre souvent l’anthropologie par les récits de terrain de chercheur.e.s plus ou moins contemporain.e.s de nous, et parce qu’en tant qu’anthropologue, on garde par la suite cet attrait pour les ethnographies (du moins c’est mon cas), j’avais envie de créer ce billet qui sera amené à évoluer au gré de mes lectures et de mes envies. Il contiendra à la fois des récits ethnographiques au sens classique du terme, des ouvrages issus de carnets de terrain, ainsi que des écrits qui se distinguent par la place qu’ils consacrent à l’empirisme.Je ne saurais trier les références par ordre de préférence ; je vous propose donc un classement par ordre alphabétique.


Lévi-Strauss Claude, 1955, Tristes tropiques, Paris, Plon, 504p..

On ne présente plus cet ouvrage canonique de Claude Lévi-Strauss alternant récits liés à sa vie personnelle, – la seconde guerre mondiale qui se prépare, sa découverte de l’ethnographie… – réflexions sur le monde et passages ethnographiques, tels que sa description en menus détails poétiques d’un coucher de soleil alors qu’il vogue vers le Brésil.

Martial Agnès, 2003, S’apparenter. Ethnologie des liens de famille recomposées, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 308p..

Cet ouvrage, issu de la thèse d’Agnès Martial, traite des liens tissés dans les cas de recomposition familiale en France. Relations entre beaux-parents et beaux-enfants, entre quasi-frères et sœurs, entre parents et enfants, héritage, adoption, temps partagé, interdit de l’inceste, … De nombreux thèmes sont abordés, nourris d’extraits d’entretiens et de références au terrain, pour donner une vision de ce qui se joue dans les recompositions familiales.

Massard Josiane, 1988, « Engendrer ou adopter: deux visions concurrentes de la parenté chez les Malais péninsulaires », Anthropologie et Sociétés, vol.12, no2, p.41‑62 (disponible ici).

Cet article de l’anthropologue spécialiste de la Malaisie  contient les ingrédient de ce que j’apprécie particulièrement : une dimension théorique nourrie d’une ethnographie. Il a la particularité, me semble-t-il, de pouvoir apporter quelque chose à la fois aux chercheur-e-s travaillant spécifiquement sur la Malaisie et à toutes celles et ceux qui travaillent sur les pluriparentalités de manière plus générale. L’écriture est simple mais efficace ; et malgré une date de publication qui commence à s’éloigner de nous, le propos me semble encore très important.

Rosny (de) Eric, 1996, Les yeux de ma chèvre. Sur les pas des maîtres de la nuit en pays douala (Cameroun), 2ème édition, Paris, Plon, 474p..

Les yeux de ma chèvre est le premier livre d’anthropologie que j’ai découvert au cours de mes études. J’avais été fascinée par ce récit qui permet plusieurs lectures. A l’époque je ne connaissais rien au domaine et je m’étais contentée de le découvrir sur le mode de la lecture-plaisir, sans prise de notes, ou enjeu de quelque sorte. Mais on peut aussi par exemple s’intéresser de très près aux notations qu’Eric de Rosny a faites de chants traditionnels douala. L’édition en ma possession est de plus très complète, comprenant des photos de terrain, des schémas issus du carnet de terrain de l’auteur, et autres.

Crédits : Pawel Kuscynski.

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.