Collection de microphones

Ma première communication. Entrée dans la cour des jeunes chercheur·e·s

Il y a maintenant quelques semaines, j’ai fait l’expérience d’une première prise de parole dans le cadre d’une journée d’étude. Dans ce billet, je voudrais revenir sur mon vécu de cette étape.


Au sein de mon laboratoire, des journées d’étude sont organisées annuellement dans le cadre d’un séminaire. Des spécialistes de l’extérieur sont convié·e·s à discuter avec des chercheur·e·s locaux, mélangeant les statuts et degrés d’expérience. Cela constitue un environnement relativement rassurant pour une première communication (ce qui n’empêche pas le stress bien évidemment).

via GIPHY

Il m’a été demandé d’intervenir quelques semaines après la rentrée. Les premiers mois ont donc été en partie occupés par la préparation de ce grand événement (chaque intervention aura-t-elle ce goût de grand-moment-crucial ?).

Dépasser le mémoire

Sans avoir repris le travail de terrain entre temps, le contenu de l’intervention devait nécessairement s’appuyer sur l’enquête menée en Master. Si la perspective de présenter mon travail pour la première fois dans ce cadre était très enthousiasmante, j’avais quelques craintes. L’un des questionnements était de savoir comment j’allais aller plus loin que mon mémoire. J’avais peur d’en rester toujours au même point. Je voulais que cette communication soit l’occasion d’avancer pour la préparation des prochaines étapes du travail de thèse. Cela m’a aidée à me fixer un objectif dans le flou des premiers temps, tout en ayant pourtant l’impression d’en rester au même stade.

Se préparer

Image du plan de préparation pour la communication
Préparation de la communication dans mon bullet journal

Le thème des journées me permettait d’aborder l’un des axes de recherche de mon projet de thèse. J’ai donc commencé par compléter mes lectures sur le sujet. Lire dans une perspective précise m’a permis de concentrer mes réflexions dans une direction particulière – en l’occurrence la question du corps et de la ressemblance dans la parenté -, ce qui était plutôt agréable. Je me suis d’ailleurs promis de faire un petit compte-rendu de lecture ici pour matérialiser certaines réflexions. Dans le cadre de la thèse, je souhaite – et dois – lire un certain nombre d’ouvrages dont certains font partie des classiques de l’anthropologie de la parenté et nécessitent du temps pour en prendre toute la mesure – je pense par exemple aux travaux de Françoise Héritier sur le corps, dont je n’ai lu que de courts articles. Ce n’était pas possible de le faire avant la date de la communication ; et revenait ainsi l’un de mes stress récurrents : je n’ai pas tout lu, je n’ai pas lu les choses importantes, je n’ai pas assez de bases théoriques, etc.

Un rendez-vous avec ma Directrice pour valider le plan m’a permis de ne pas rester coincée dans cette inquiétude et de me rappeler qu’on n’attendait pas la même chose d’un·e doctorant·e en première année et d’un·e chercheur·e confirmé·e (simple et bête mais ça fait toujours du bien de se l’entendre dire). Me voici donc partie pour l’écriture du texte de la communication qui devait durer 40 minutes. Cette étape en tant que telle a été étonnamment rapide puisqu’en quelques jours j’avais terminé le premier jet – avec lequel je tenais un peu plus de 50 minutes. Grâce à cela, j’avais trois semaines devant moi pour le peaufiner.

via GIPHY

Sachant que j’ai tendance à faire trop long, le travail a consisté en un aller-retour entre essais de verbalisation orale dans mon salon et reprise du texte écrit. C’est une technique dont je me sers depuis longtemps, qui a l’avantage de permettre la mise en bouche du texte, et donc le repérage de phrases mal tournées, trop longues, des répétitions etc. Elle ne garantit cependant pas tout à fait la durée réelle de l’intervention le jour J ; personnellement j’ai tendance à parler beaucoup plus vite que la normale quand je suis seule (difficile de s’adresser posément à une commode).

J’ai eu la chance de pouvoir tester une première fois mon intervention devant des camarades doctorant·e·s et des chercheur·e·s (dans un cadre plus informel que les journées d’étude). Après cela, il a encore fallu réduire le texte. Les questions posées ce jour-là m’ont par ailleurs amenée à remanier complètement la dernière partie – qui était la plus importante à mes yeux car elle ouvrait sur les perspectives de recherche futures pour la thèse. S’en sont suivies quelques répétitions de plus face à ma commode, avant l’arrivée du jour J.

« Je suis doctorante »

Les deux journées ont été beaucoup plus fatigantes que ce à quoi je m’attendais, mais tout s’est passé à merveille. Mon intervention clôturait le premier jour et était tellement calibrée qu’elle a duré moins de temps que prévu. Plusieurs questions intéressantes m’ont été posées, offrant des pistes de travail pour la suite. Le partage du travail accompli a été une expérience très plaisante et enthousiasmante. Elle m’a aussi permis de me sentir pleinement entrée dans le doctorat. C’est ce qui m’a permis de réaliser que, depuis l’écriture du mémoire, beaucoup de choses avaient évolué dans ma tête (à coup de : « Mais pourquoi n’ai-je pas écrit ça comme ça ?! C’était pourtant évident et sous mes yeux ! »). Je n’en suis plus au même stade qu’il y a quelques mois, contrairement à ce que je craignais. Cela a été l’occasion de marquer une étape dans le processus de travail, de faire un état des lieux, bref, de lever la tête du guidon.

Je ne saurais donc que recommander de saisir les opportunités de prise de parole (surtout celles offrant un environnement rassurant) dès le début de la thèse (même si, il faut le dire, ça fait PEUR !).


Ailleurs sur la toile : des conseils pour préparer ses communications orales

« Présenter un exposé oral : colloque, séminaire, conférence », par Les Aspects concrets de la thèse

« Préparer son premier colloque : financement, intervention orale, publication des actes » par ENthèSe

« Comment préparer une communication orale ? » par Réussir sa thèse

Crédits photographiques : Microphones par Rusty Sheriff, licence CC BY NC

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 09/05/2017, "Ma première communication. Entrée dans la cour des jeunes chercheur·e·s", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/57, consulté le 19/12/2018.

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2 réflexions sur « Ma première communication. Entrée dans la cour des jeunes chercheur·e·s »

  1. Ton texte est émouvant, (car tu parles de ce que tu as ressenti) et drôle. Bravo. C’est un vrai plaisir de te lire.

    J’ai eu l’occasion d’écouter des doctorant récemment, dans le cadre d’une journée d’étude : c’était souvent barbant (lu trop vite, écrit comme si cela ne devait pas être exposé mais lu…)

    Je t’embrasse bien fort,

    Jacqueline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.