Tools

Mon kit de doctorante

Le début de la thèse, c’était il y a maintenant un peu plus d’un an. Entre doctorant·e·s, nous discutons souvent des outils que nous utilisons pour travailler. Un certain nombre d’usages se sont stabilisés pour moi au cours de l’année et j’ai eu donc envie de les présenter ici.


Comme, j’imagine, beaucoup de mes collègues, je cherche constamment les meilleures manières de travailler, celles qui me conviendront le mieux1. Pour cela, je glane notamment des trucs et astuces sur les réseaux sociaux auprès de (jeunes) chercheur·e·s plus expérimenté·e·s. Les outils, et l’usage que j’en fais, présentés dans ce billet sont donc loin de m’être exclusifs et je présente mes excuses à celles et ceux à qui je les ai empruntés sans pouvoir le signaler, car j’oublie souvent d’où sont venues les idées.

Je précise par ailleurs que je ne prétends pas avoir trouvé de combinaison miracle, parfaite ou particulièrement exceptionnelle. Je suis plutôt convaincue que chacun·e a sa propre manière de travailler et que tous les outils ne peuvent pas convenir à tou·te·s. L’objectif de ce billet est plutôt de présenter ce qui fonctionne pour moi, dans le cas où certain·e·s y trouveraient des choses intéressantes (et si vous avez des trucs et astuces à partager, n’hésitez pas à commenter !).

Au sommaire :

  • Gérer mon temps : le bullet journal.
  • Gérer ma bibliographie : Zotero.
  • Prendre des notes, récolter des informations, … : mes carnets papier.
  • Gérer mes entretiens (enregistrement et retranscription) : mon enregistreur, Audacity et Sonal.
  • Travailler en groupe : Framapad, Framadate et OneNote.
  • Écrire : les logiciels de traitement de texte.

Gérer mon temps : le bullet journal

Gérer son temps, c’est le nerf de la guerre doctorale. J’en parlais d’ailleurs déjà dans mon premier billet (en disant que je ne voulais pas faire un énième article sur le sujet… mais j’ai quand même bien envie d’expliquer, en restant dans le cadre de ce qui me semble utile). Pour gérer les multiples taches à réaliser sur un temps plus ou moins long, le bullet journal s’est révélé particulièrement intéressant ces derniers mois.

Le principe est simple : le bullet journal consiste en un cahier qui contient à la fois une fonction d’agenda et de to-do list2. L’avantage c’est qu’on peut ainsi suivre l’avancement des choses à faire dans le temps. Il y a 3-4 éléments qui reviennent toujours et pour le reste, chacun·e est libre d’y mettre ce qu’elle/il veut :

  • Un index, car le principe veut qu’on inscrive les éléments au fil de l’eau, sans qu’une partie du cahier soit réservée à une chose
    Légende de bullet journal
    Les « clefs » de mon bullet journal

    plutôt qu’une autre.

  • Une page légende : elle contient la signalétique (aussi appelée « clefs ») utilisée pour le suivi des choses à faire.

 

 

  • Les pages calendrier année/mois/semaine/jour : il s’agit de mettre côte à côte l’agenda du mois/semaine/jour (avec les rendez-vous, évènements, etc.) et les choses à faire ou en cours ce mois/semaine/jour là. Les clefs permettent le suivi et d’un coup d’œil on sait ce qui a été commencé ou non, terminé ou non, ce qui est urgent, etc.. En ce qui me concerne, j’ai une rubrique « to do » et une autre « to read » pour séparer les lectures et le reste. A la fin de chaque mois/semaine/jour, je fais le bilan de ce que j’ai fait et je reporte ce qui est en cours, ce que je n’ai pas eu le temps de faire, etc. sur le mois/semaine/jour suivant. Cela permet ainsi de repérer les taches « en souffrance », celles qui trainent depuis un long moment. Cela donne aussi un certain sentiment de contentement car on voit très concrètement avancer le travail.
Novembre 2017 dans mon bullet journal
Page du mois de Novembre 2017 dans mon bullet journal (non, le mois n’a pas été vide, je n’ai laissé que quelques exemples) : on voit que mes retranscriptions sont en cours, ainsi que mon billet sur Mary Douglas (terminé et publié en décembre), un projet de billet sur la ville de Birmingham avait été reporté le mois précédent et a à nouveau été reporté. J’ai reporté la réponse à un appel à communication mais j’ai bien répondu à un autre. En revanche les lectures ont toutes été effectuées comme prévu.
  • Un future log : compte tenu du fait que le cahier se remplit au fil de l’eau, les différentes pages mois ne sont pas d’ores et déjà prêtes. Mais souvent, nous avons des rendez-vous, des échéances dont nous avons connaissance plusieurs mois à l’avance. C’est là que le future log entre en jeu : il permet de consigner ces éléments afin de les reporter sur le mois/semaine/jour concerné le moment venu. Cela dit, le bullet journal ne remplace pas l’agenda de mon téléphone portable en ce qui me concerne, donc j’ai plutôt tendance à utiliser ce dernier pour remplir cette fonction.
Future log de mon bullet journal
Future log de mon bullet journal (avec encore une fois seulement quelques exemples laissés à l’image)

Le dernier type de page qui me sert beaucoup, ce sont les pages projets (un exemple ici) : ce sont celles sur lesquelles je fais un rétroplanning pour l’écriture d’une communication ou bien je suis l’avancement d’une tache sur le temps (très) long (comme pour les retranscriptions par exemple).

Les limites. C’est un outil qui peut prendre pas mal de temps dans son exécution si l’on donne beaucoup d’attention à la forme. Maintenant que les habitudes sont prises, la préparation n’est pas si longue dans mon cas et elle me permet de me poser sur ce que j’ai à faire. J’aime utiliser des couleurs pour que l’aspect soit un peu plus joyeux, mais cela peut se limiter à un cahier et un stylo si l’on veut rester très simple. Il faut par ailleurs prendre garde à ce que le bullet journal ne devienne pas un outil de torture, ne soulignant que les retards, les choses reportées… Il peut encourager une course à la performance, ce qui constitue sa plus grande limite à mon avis. Le doctorat est un exercice stressant en soi, au cours duquel on ne peut pas toujours avoir le même rythme et il ne s’agit pas de s’ajouter de la pression supplémentaire. Je ne suis donc pas convaincue que cette solution convienne à tout le monde.

Bref, le bullet journal est un outil très personnalisable dans lequel il ne faut pas s’enfermer mais qui peut être un bon compagnon de route pour les personnes qui ont besoin de planifier les choses pour avancer (vous aurez compris que c’est mon cas).

Gérer ma bibliographie : Zotero

Faire de la recherche implique bien entendu de lire, relire, lire et encore lire. Au bout de quelques semaines, la liste de références devient relativement conséquente et Zotero, outil qui tient du miracle lorsqu’on le découvre, est là pour nous aider à la gérer.

C’est un logiciel opensource (donc gratuit) qui permet de collecter, organiser et utiliser ses références bibliographiques. Une importante documentation existe en ligne pour apprendre à le manier (pour des sources en français, c’est notamment par ici ou ici). De nombreuses universités proposent des formations pour les débutant·e·s, ce qui sera le meilleur moyen de s’y retrouver pour les personnes qui ne se sentent pas de se lancer toutes seules.

Si la maîtrise du logiciel en tant que telle peut s’acquérir relativement facilement (et je laisse le soin aux personnes intéressées de parcourir internet pour découvrir l’étendue des possibilités offertes3), reste que chacun·e doit choisir la manière dont elle/il organise ses dossiers. C’est sur ce point que j’ai envie de partager ma pratique car après deux ans d’utilisation en Master, l’état de ma bibliothèque était assez chaotique et il m’a bien fallu un mois pour aboutir au rangement actuel. Je mets ici quelques visuels pour illustrer l’organisation que j’ai adoptée depuis le début de mon doctorat.

Capture d'écran de mon panneau Zotero
Capture d’écran de mon panneau Zotero

Les deux principaux modes d’organisation sont les collections et les marqueurs. Pour ma part, j’utilise les collections pour trier les types de documents : les références bibliographiques qui me servent pour la thèse, les sources recueillies sur le terrain (articles de presse, textes de loi, rapports, etc.), les références qui traitent de méthodologie et celles qui me servent en dehors de ma thèse4. J’ai organisé mon dossier de PDF (là où je stocke les documents en tant que tels) de la même manière en nommant systématiquement les fichiers en

Nomdefamilledelauteur·e – Datedepublication – Titreabrégé.

Je fais ainsi facilement le lien entre ma base Zotero et mon dossier de PDF5. Chacune de mes références Zotero est liée au fichier PDF correspondant (quand il y en a un) dans mon dossier PDF (voir ci-dessous)6.

Visuel de mon panneau Zotero
Capture d’écran de mon panneau Zotero avec quelques références

Les marqueurs, quant à eux, me permettent de caractériser les références en fonction du sujet abordé, de la discipline etc.. Ils évoluent au fur et à mesure des thématiques travaillées. C’est une fonction que je trouve non négligeable et qui simplifie l’utilisation de Zotero au quotidien. Elle permet notamment de faire une recherche au sein des références : si je clique sur le marqueur « A lire », apparaîtront toutes les sources que j’ai marquées comme n’ayant pas été lues. J’ai associé ce marqueur à la couleur rouge7 afin de pouvoir voir très rapidement les références concernées dans ma liste. Cela peut devenir particulièrement intéressant lorsque l’on fait une recherche avancée sauvegardable : j’ai ainsi un dossier (mis à jour automatiquement au fur et à mesure que je modifie/ajoute des références) qui regroupe tout ce que j’ai à lire pour ma thèse (combinant les marqueurs « A lire » et « Thèse »… Non je ne vous dirai pas combien il y en a…).

J’ajoute une idée que j’ai récupérée d’un·e internaute : lorsque je lis une référence, j’essaie désormais de noter systématiquement sur la fiche Zotero (dans la partie Extra) la date et le cadre dans lequel j’ai fait cette lecture (en vue d’une conférence particulière ou bien sans visée spécifique etc.). Cela permet de se rappeler dans quel contexte et comment on a lu un document (lecture rapide ou approfondie, prise de notes ou non…).

Le dernier gros avantage de Zotero que je voudrais souligner, c’est la possibilité de se créer un compte en ligne permettant de synchroniser sa bibliothèque dès que l’on a un accès internet8. On peut ainsi retrouver ses références n’importe où via le site de Zotero ou bien synchroniser sa bibliothèque sur plusieurs ordinateurs… Suite à des mésaventures rapportées par des collègues, je conserve tout de même une version papier de toutes les références pour lesquelles j’ai fait des notes de lecture9. On n’est jamais trop prudent·e ! La possession d’un compte permet enfin de créer des bibliothèques collaboratives (ou bibliothèques de groupe).

Prendre des notes, collecter des informations, etc. : mes carnets papier

Il n’est bien sûr pas toujours possible de travailler avec son ordinateur (notamment lors des entretiens ou de séances d’observation ethnographiques). Dans ces cas là, j’en reste à la bonne vieille méthode des cahiers papier que j’ai fini par diviser en trois carnets différents.

Mon carnet de thèse m’accompagne partout et me permet de consigner toutes mes notes de terrain, celles que je prends lors d’un rendez-vous avec ma directrice, ou lorsque j’ai une réflexion (aussi courte soit-elle) concernant ma thèse, les notes prises lors d’une conférence qui a trait à mon sujet ou  lorsque je lis un article/ouvrage sans avoir mon ordinateur (ou que j’ai envie d’écrire à la main, cela arrive10). Le format du cahier en tant que tel varie à chaque fois que j’en finis un mais je choisis toujours une taille qui puisse entrer dans mon sac à main afin de pouvoir me déplacer avec facilement (et de ne pas effrayer les participant·e·s à l’enquête avec un cahier gigantesque).

via GIPHY

J’ai ensuite un carnet pour la prise de notes lors de conférences, séminaires, cours, formations, journées d’étude, colloque…

Pour ces deux carnets, j’ai adopté le réflexe de numéroter les pages et de faire un index à la fin. Chaque nouvelle date commence sur une nouvelle page et je mets en titre une indication de ce que je souhaite écrire : « Réflexion sur le terrain », « Entretien X », « Séminaire Y »… Je reporte ces informations en index, ce qui permet de m’y retrouver beaucoup plus facilement sur le temps long.

J’utilise enfin un cahier de brouillon pour les notes diverses, réunions impromptues, gribouillages d’idées pour écrire un texte, etc.. Bref, les choses que je n’ai pas besoin de conserver.

Gérer mes entretiens (enregistrement et retranscription) : mon enregistreur, Audacity et Sonal

Image du micro-enregistreur Zoom H1
Le micro-enregistreur Zoom H1

Je réalise principalement des entretiens enregistrés (avec l’accord des participant·e·s bien évidemment). Pour ce faire, j’ai à ma disposition un micro-enregistreur que je trouve particulièrement performant (mais qui coûte certainement plus cher que d’autres… j’ai eu la chance qu’on me le cède pour une somme modique) : le Zoom H1. Son principal atout est qu’il dispose d’une fonction de tri du bruit automatique : j’ai ainsi déjà fait des entretiens dans des restaurants/cafés plutôt bruyants et l’enregistrement est tout à fait audible. On peut y insérer une carte SD qui garantit de pouvoir faire plusieurs heures d’entretien sans se préoccuper de la mémoire (en mode MP3 surtout car le format WAV est plus lourd et la qualité qu’il apporte ne me semble pas nécessaire pour cet usage). J’apprécie également le fait qu’il soit alimenté par une pile AA, facilement changeable en cas de panne de batterie intempestive.

Il m’arrive par ailleurs de devoir faire des entretiens par visioconférence. J’utilise alors le logiciel opensource gratuit Audacity pour l’enregistrement. Il peut être un peu capricieux à formater lorsque l’on ne s’y connaît pas bien (ce qui est mon cas) mais une fois réglé, il n’y a plus qu’à appuyer sur le bouton « enregistrer ». Comme j’utilise Skype, je teste mon paramétrage, grâce à la fonction Test Echo/Sound pour vérifier que 1) Mon interlocuteur·rice et moi nous entendons et 2) que nos voix sont toutes les deux enregistrées11.

Interface d'Audacity
Interface d’Audacity (l’encadré indique les principaux éléments à régler pour le paramétrage)

Pour la retranscription d’entretien, j’utilise le logiciel Sonal (opensource toujours). Il n’existe malheureusement pas pour le système d’exploitation Mac. Il présente l’avantage de pouvoir gérer la bande son au moyen de raccourcis clavier en même temps que l’on retranscrit l’entretien. Des marqueurs et des couleurs peuvent également être associés à la bande son pour la découper ou bien retrouver certains passages. La retranscription est ensuite exportable sur un logiciel de traitement de texte. Je n’utilise pas les fonctions d’analyse sémantique donc je ne saurai dire à quel point elles sont performantes. Mais il me semble qu’elles existent.

Travailler en groupe : Framapad, Framadate et OneNote

Fort heureusement, nous ne travaillons pas toujours seul·e·s. La suite Framasoft se révèle particulièrement pratique pour les travaux de groupe. Framadate permet la mise en place de sondages pour prévoir des réunions etc.. Framapad permet de travailler à plusieurs sur un texte en voyant les modifications des différent·e·s contributeur·rice·s en différentes couleurs. Oui, vous reconnaissez bien là quelque chose qui ressemble à Doodle ou à Google Doc. « Quelle différence ? », me direz vous. Et bien la suite Framasoft est opensource et ne dépend donc pas des géants de l’internet tels que Google ou Microsoft. Certain·e·s apprécieront.

On notera tout de même le logiciel gratuit OneNote (Microsoft) qui permet la création d’un carnet commun synchronisable, qui peut être pratique pour une planification sur le temps long.

Écrire : les logiciels de traitement de texte

Quand il s’agit d’écrire, j’utilise, comme j’imagine une grande partie de mes collègues, un logiciel de traitement de texte (en l’occurrence LibreOffice). Je ne pense pas avoir beaucoup de choses à apporter ici, donc j’évoquerai plutôt le dernier outil que j’apprends (lentement) à apprivoiser : LaTex12. Je suis beaucoup trop novice pour en faire une présentation digne de ce nom. C’est un langage informatique qui est majoritairement utilisé par les mathématicien·ne·s et autres utilisateur·rice·s de formules pour permettre une mise en page propre. Je songe à y passer progressivement pour m’assurer d’avoir un logiciel qui supporte bien les documents (très) longs (car même à la fin de mon mémoire, Word commençait à s’essouffler considérablement).

Un exemple de mise en page LaTex
Un exemple de mise en page LaTex (par Nick Shah, 2005, « LaTeX: A genuinely better way to prepare scientific documents », licence CC)

Le désavantage que j’y vois pour l’instant c’est que ce n’est pas extrêmement facile à apprendre (ou en tous cas le changement d’habitude ne se fait pas très vite dans mon cas)13 et que personne parmi celles et ceux avec qui je travaille ne l’utilise, ce qui rend le travail collaboratif difficile (je pense notamment aux corrections qui devront être apportées à mon manuscrit de thèse…un jour !).

Ainsi se clôture ce long billet. En espérant qu’il soit utile à quelqu’un·e.

Crédits : Tools par royalty free, licence CC BY.

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 17/12/2017, "Mon kit de doctorante", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/573, consulté le 19/01/2018.

  1. Je précise que dans le cadre de ma thèse, j’utilise une démarche exclusivement qualitative basée en grande partie sur des entretiens enregistrés et retranscrits. []
  2. Littéralement, liste de choses à faire. []
  3. On citera principalement la possibilité de coupler Zotero aux logiciels de traitement de texte afin de faire de belles citations et bibliographies (avec les ibid., op.cit. e tutti quanti) automatisées. []
  4. A l’intérieur de chaque collection, j’ai encore des sous-collections mais je vous épargne les détails. []
  5. En principe, on peut stocker les PDF directement dans Zotero, mais je préfère garder deux dossiers séparés. []
  6. Pour lier un fichier extérieur à une référence Zotero, faire un clic droit sur la référence, choisir « Ajouter une pièce jointe » puis « Joindre un lien vers un fichier ». Sélectionner le fichier dans le dossier correspondant et le tour est joué. Il suffira par la suite de double-cliquer sur la référence pour que le document s’ouvre. []
  7. Faire un clic droit sur le marqueur de son choix puis sélectionner « Attribuer une couleur ». Le clic droit sur un marqueur offre aussi la possibilité de le renommer, ce qui peut être particulièrement utile dans le cas où on l’a attribué à un grand nombre de références et que l’on veut modifier son intitulé. []
  8. Pour lier son compte à sa bibliothèque, il faut se rendre dans le menu Édition puis dans les préférences se rendre dans l’onglet synchronisation. []
  9. Faire un clic droit sur une référence puis sélectionner « Établir un rapport à partir du document ». Imprimer directement le document ou bien utiliser une imprimante PDF pour transformer le fichier en PDF. []
  10. Le principal problème que me pose la prise de note sur ordinateur est qu’elle va beaucoup plus vite et qu’elle me pousse donc moins à synthétiser. Je me retrouve ainsi parfois avec une prise de notes moins efficace que si elle avait été faite à la main. Je varie donc les outils selon les envies, le degré de fatigue etc.. []
  11. Ce qui fonctionne sur mon PC Windows 10, c’est l’interface Windows WASAPI ou Windows Directsound, avec le microphone paramétré par défaut. Un réglage peut-être nécessaire au niveau des périphériques d’enregistrement : (sur Windows toujours) faire un clic droit sur l’icône de gestion du son (celle qui est sur la barre de taches, près de l’heure/date etc.), puis sélectionner « Périphériques d’enregistrement ». Dans la fenêtre qui s’affiche faire un clic droit dans la zone blanche, et s’assurer qu’ « Afficher les périphériques désactivés » est bien coché. En principe au moins deux périphériques devraient s’afficher : le microphone par défaut et Mixage stéréo qui correspond à la carte son. Certains tutoriels recommandent d’activer le mixage stéréo et de régler l’enregistrement Audacity dessus. Ça ne permet pas d’enregistrer ma voix dans mon cas, mais je le mentionne tout de même au cas où. []
  12. MiKTex, ainsi que TexMaker couplé à BetterBibTex qui fait le lien avec Zotero. []
  13. Pour des tutoriels, voir notamment ici, ici, mais aussi et . []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

3 réflexions sur « Mon kit de doctorante »

  1. Un excellent article sur l’organisation du travail pour toutes celles et tous ceux qui doivent produire un document final (thèse, roman, documentaire ou rapport) à partir d’interviews, de documentations diverses et de lectures d’ouvrages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *