Joyeux zestiversaire – An 1

Birthday cake

Il y a un an, j’étais au cœur de ma première année de thèse et Entre le zist et le zest naissait. Retour sur cette année.


Le doctorat : un rythme en accélération

Au passage entre la première et deuxième année de thèse, le rythme de travail s’est considérablement intensifié. Alors que les premiers mois me semblaient anormalement peu remplis (moi ? boulimique de travail ?!), beaucoup de choses ont démarré aux alentours de septembre dernier.

Il y a d’abord eu le début du terrain en Angleterre avec une mission exploratoire de deux semaines en avril. Cela a été l’occasion de prendre contact avec des associations et des institutions et de commencer à mieux comprendre le contexte anglais. Cette mission a été suivie par un terrain plus long entre octobre et février, lors duquel j’ai réalisé des entretiens, des séances d’observation et un recueil d’archives. L’enquête n’est pas terminée. Je commence le dépouillement et l’exploration des données recueillies. Une bonne partie du travail reste donc encore à faire.

Il y a ensuite eu de nouveaux projets, à commencer par la co-organisation du séminaire interlaboratoires d’anthropologie Aix-Marseille 2017-2018 qui a porté sur la notion d’habiter. Les deux séances annuelles ont permis d’apprendre à créer et coordonner un tel événement : choix d’un thème, rédaction d’un argumentaire, choix et invitation des intervenant·e·s, organisation logistique (venue des invité·e·s, repas, réservation de salles…), communication, etc..

Je me suis de plus lancée avec quatre collègues-amies dans la création d’un groupe de recherche autour de l’approche relationnelle du corps sexué et de l’engendrement. Nous nous entraînons à penser un projet scientifique dans la durée, avec ses éventuels développement. Les séances mensuelles favorisent le travail collectif, notamment en ce qui concerne l’écriture. Le groupe amène aussi à envisager des projets dans lesquels je ne me serais jamais lancée seule, comme la coordination d’un numéro de revue.

L’année passée m’a enfin donné l’opportunité de proposer des communications dans plusieurs événements scientifiques, dont certains à l’international. Deux propositions se sont soldées par des échecs mais le printemps 2018 est et sera occupée par des interventions en Angleterre et en France. Première expérience de prise de parole en public en anglais, première présentation de mes données de terrain de thèse… encore des nouveautés enthousiasmantes.

Et le carnet dans tout ça ?

Un compagnon de thèse

La première année de vie d’Entre le zist et le zest constitue une expérience très positive à plusieurs égards. D’abord, le carnet est un excellent compagnon de thèse. Il permet de s’habituer à écrire régulièrement et de n’ainsi pas “perdre la main”.  J’ai l’impression de me sentir moins “rouillée” quand je me mets à l’écriture. Cela me fait l’effet d’un entraînement sportif régulier.

Le carnet, c’est aussi le plaisir de construire un objet. Souvent, les idées de billets émergent et je suis dans un état de réflexion permanente. Aucune pression n’est cependant ajoutée puisque le rythme de publication ne dépend que de moi-même. Il est aussi agréable de pouvoir écrire avec le registre de son choix – et ce faisant, de s’habituer à en manier plusieurs.

J’écris plus régulièrement, mais aussi de manière plus approfondie. La pensée que n’importe quelle pratique d’écriture – comme mon carnet de thèse – pourra inspirer un billet m’encourage à les développer en dehors du blog. Je mets ainsi en mots des choses pour lesquelles je ne serais pas forcément allée aussi loin.

Par ailleurs, c’est l’occasion d’engager des discussions avec des camarades doctorant·e·s, voire même avec ma directrice de thèse – qui m’a par exemple signalé un de ses articles après la lecture d’un billet. La discussion ne se fait pas tant dans l’espace du carnet mais plutôt à l’extérieur, in real life. A plusieurs reprises, j’ai eu des échanges sur des sujets traités peu avant dans un billet – sans que mes interlocuteur·rice·s ne soient forcément au courant. Cela donne le sentiment d’aborder des thèmes qui parlent à d’autres qu’à soi-même, ce qui est plutôt agréable et encourageant (car ce doute ne me quitte pas).

Un an de zist et de zest

Le format actuel du carnet s’est rapidement stabilisé. Il y a trois types de billets : ceux dans lesquels je raconte mon expérience de thésarde, les billets de méthodologie et les compte-rendus de lecture. Le rythme d’un billet mensuel que j’espérais tenir s’espace progressivement avec les multiples projets en cours. Je suis, de fait, toujours en train d’écrire pour quelque chose (ce qui était l’un des objectifs). Et je participe à d’autres carnets.

Un certain nombre de billets sont en attente. Ce sont notamment des compte-rendus de lecture, qui me demandent plus de préparation. Contrairement aux autres articles qui viennent au fil de l’eau et des événements, les lectures sont déjà des réécritures de compte-rendus que je fais pour moi-même. L’idée consiste donc à emmener la réflexion plus loin. Cela nécessite du temps.

Il y a des catégories pour lesquelles je n’ai pas trouvé de format qui me convienne, en particulier les questions de traduction. Entre le français et l’anglais, il n’est pas toujours évident de choisir les bonnes équivalences, celles qui font sens au regard de la tradition anthropologique de chaque pays. Ce sont des problématiques au cœur de mon travail puisque j’enquête dans les deux pays. J’avais envie d’en faire des billets. Je laisse reposer pour le moment, en espérant qu’un éclair de génie me frappe un jour.

via GIPHY

En revanche, j’ai enfin réussi à écrire sur mon terrain, ce que j’avais du mal à démarrer.

Au final, la crainte de révéler-des-bouts-inédits-de-recherche-alors-qu’il-ne-vaudrait-mieux-pas est apaisée. La question ne s’est pas posée pour le moment. Il y a beaucoup de choses à faire en dehors des données d’enquête en tant que telles. Et je dispose d’autres espaces, plus informels, dans lesquels je peux évoquer mes bourgeons de pistes.

Le blogging scientifique : une compétence

Pour conclure, cette première année de blogging scientifique laisse déjà entrevoir les compétences qu’il permet d’acquérir. Car c’est une activité qui, toute non obligatoire et plaisante qu’elle soit, mérite qu’on la valorise, quand bien même elle ne pourrait, me semble-t-il, pas être motivée par la seule volonté d’acquérir des compétences. D’une part, je l’ai déjà dit, elle entraîne au maniement de divers registres et au processus d’écriture en général. Elle amène aussi à réfléchir à la présence des chercheur·e·s sur internet : la construction d’un objet numérique, les stratégies de diffusion, etc.. Le blogging scientifique apprend à valoriser son travail de recherche et amène à réfléchir sur ce que la plateforme numérique peut apporter à son contenu et sa forme.

 

Merci aux personnes qui prennent le temps de me lire. Et joyeux zestiversaire !

 

Crédits : Birthday cake par Omer Wazir, licence CC BY SA.

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 19/05/2018, "Joyeux zestiversaire – An 1", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/698, consulté le 15/10/2019.

Anaïs Martin

Doctorante en anthropologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.