Equipe ramant ensemble sur un aviron

Créer un groupe de recherche : une expérience des bienfaits du travail collectif

A la fin de l’année 2017 se formait le groupe de recherche EnCoRE – Engendrement, Corps, Relations. Je voudrais revenir ici sur ce début d’expérience très positive.


Genèse du groupe

Aux alentours de novembre 2017, nous sommes cinq. Pour certaines, nous travaillons déjà ensemble sur d’autres projets et, au delà de cela, nous nous apprécions. Nous en sommes à des stades différents de nos travaux : une docteure tout juste entrée au CNRS, une tout-bientôt-docteure et trois doctorantes respectivement en 4è, 3è et 2è année de thèse. Notre rencontre s’est notamment faite autour d’une approche théorique, transmise par nos encadrantes : l’approche relationnelle, développée à partir des travaux de Marcel Mauss1. Elle est aussi due à nos sujets qui abordent tous la question de l’engendrement et plus largement du corps : enfantement et gestation pour autrui, constitution de la personne dans le processus d’engendrement, infertilité féminine liée à l’âge, relations entre professionnel·le·s et patient·e·s dans l’assistance médicale à la procréation, vécu des personnes nées grâce à un don de gamètes. Chacune de nous se sent quelque peu isolée. Nous regrettons de ne pas avoir plus souvent l’occasion de discuter de manière approfondie de notre champ de recherche.

L’idée naît alors de former un groupe dont l’objectif premier serait de nous offrir un espace de rencontre et d’échange suivi. Nous avons notamment envie d’approfondir les questionnements théoriques qui traversent nos travaux et fondons donc notre initiative autour de l’approche relationnelle.

Se réunir à distance

Nous habitons dans quatre villes différentes. La question de la manière dont nous allons nous réunir se pose donc. Nous optons pour l’option la plus évidente : les appels vidéo. Nous avons toutes expérimenté des difficultés lors de réunions où certaines personnes sont en ligne tandis que d’autres sont regroupées “en réel”. Mais (et c’est un point positif à noter) le problème ne se pose pas lorsque la réunion a lieu intégralement en ligne : nous nous entendons distinctement, les caméras fonctionnent la plupart du temps. Bref, le confort est assez bon pour pouvoir mener des réunions mensuelles de trois heures.

Travailler ensemble

La distance pose évidemment aussi la question de la manière dont nous allons collaborer. Nous choisissons rapidement un certain nombre d’outils :

  • un carnet partagé OneNote pour pouvoir communiquer sur ce que nous avons à faire, ce qui est fait et par qui.
  • Des dossiers Google Drive partagés pour y mettre des articles, des textes écrits en commun…
  • une adresse email commune et un Google Group pour s’échanger des mails sans jamais oublier personne.
  • un carnet Hypothèses pour communiquer sur notre initiative mais aussi nous amener à écrire ensemble, à donner de la durabilité au projet.

Nous nous décidons pour des réunions mensuelles de trois heures lors desquelles nous abordons des textes théoriques ou des portions de nos travaux en cours. Nous nous rendons rapidement compte que ces réunions sont aussi l’espace pendant lequel nous pouvons discuter de nos initiatives en temps que groupe (comme celle de proposer un numéro thématique pour la revue Emulations). Par ailleurs, les discussions sur nos travaux, les catégories d’analyse et concepts que nous utilisons nous entrainent dans des débats passionnants qui durent facilement toute la séance : par exemple, lors de la soutenance blanche de Manon Vialle, nous constatons que nous utilisons différents termes pour parler de la notion de marges (ce qui est à l’origine du projet de numéro de revue). Force nous est donc de constater que nos séances doivent alterner lecture d’un texte et présentation de travaux d’un mois sur l’autre.

Nous formulons rapidement l’envie de nous frotter à la littérature anglophone, et plus précisément britannique. Nous avons en effet constaté que les auteur·e·s français·e·s et britanniques ne se connaissaient et ne s’utilisaient que peu (ou, du moins, pas assez). Nos réunions sont l’occasion de commencer à y remédier à notre petite échelle. Nous nous fixons l’objectif de toujours publier un compte-rendu de séance sur le carnet Hypothèses, quand bien même cette publication se ferait avec un délai. Cela nous permet de garder une trace de notre travail et cela nous oblige à rendre intelligible les résultats de nos échanges.

Les bienfaits du travail collectif

L’envie de rédiger ce billet est née de l’intense satisfaction créée par le travail commencé par le groupe. D’entrée de jeu, nous nous sommes attaquées à un texte ardu. Le fait de savoir que nous étions cinq “dans la même galère” et que j’avais moins de risque de passer à côté d’éléments importants grâce à la discussion collective a tout de suite été réconfortant. La lecture du texte a demandé un plus grand effort d’explicitation de mes impressions, de ce que j’en avais compris mais, dans le même temps, elle a été plus facile. L’enjeu paraissait moins “grand” parce que la compréhension ne reposait pas que sur moi. Quand je lis un texte complexe ou bien fondamental pour mes recherches, il y a toujours la peur de la mécompréhension, voire du contre-sens (bon, relativisons, je n’ai pas non plus l’impression de jouer ma vie bien sûr). Le travail de groupe désamorce complètement cette crainte. Le fait de le faire avec des amies met qui plus est de côté toutes les inhibitions : pas de “oh non je ne vais pas dire ça, ce serait ridicule” ou de “tout ce que j’ai à dire est vraiment basique, ça ne va pas être intéressant”.

Les discussions sont extrêmement stimulantes. Comme nous travaillons sur des objets très proches, nous avons des préoccupations similaires. Nos réunions régulières nous permettent d’entrer dans des échanges approfondis. En me frottant à des textes et aux interprétations qu’en font les autres, je perçois progressivement comment je me positionne déjà de manière particulière sur certains sujets. Cela me pousse à continuer de réfléchir sur ces points, à mieux expliciter mon interprétation et finalement à construire les spécificités de mon approche (je ne veux pas dire par là que je vais révolutionner la science évidemment). Quand on fait une thèse, cela me semble difficile de voir ce que notre travail apporte à l’état des connaissances (puisque c’est le but), ce qu’il a de spécifique. J’ai l’impression que nous avons tou·te·s des doutes sur ce point à un moment ou à un autre. La discussion et la confrontation des interprétations avec EnCoRE me permet de percevoir les choix théoriques (ou méthodologiques, etc.) que je fais petit à petit, sans en être toujours complètement consciente.

La perspective des réunions permet de plus d’installer un rythme de lecture qui forme un cycle vertueux pour moi : lire régulièrement et avoir des discussions stimulantes sur des textes me donne envie d’en lire d’autres. Pendant ma première année de thèse, j’ai trouvé difficile d’établir un plan de lecture : que lire ? quand ? pourquoi un texte plutôt qu’un autre ? Ce carnet et les futures communications sur mon travail ont participé à contrevenir à cela : commencer un billet sur un thème particulier ou prévoir une intervention sur un aspect de mes recherches m’a permis (et me permet toujours) de couvrir des pans de littérature délimités et de ne plus faire face à l’immensité du nombre de références que je pense devoir lire. Le groupe EnCoRE installe le travail de lecture dans une dynamique d’échange qui le rend encore plus plaisant. Le choix des textes n’étant pas lié à un thème de ma thèse en particulier, cela m’apporte aussi une ouverture dans la réflexion.

Autre aspect positif pour finir : l’espace que nous nous sommes créé nous appartient et nous nous y retrouvons en tant que paires. Il est donc débarrassé de tout enjeu lié aux statuts. Il permet, lorsque l’on est encore guidées par un·e directeur·rice de recherche, de “voler” en dehors du nid. Je ne veux pas dire par là que les échanges avec ma directrice et tou·te·s les chercheur·e·s expérimenté·e·s qui sont amenées à m’aider d’une manière ou d’une autre, ne me sont pas profitables ou agréables (bien au contraire). Ni que je ne suis pas en capacité de m’exprimer hors du nid par ailleurs. Mais cet espace de travail qui nous est propre me permet d’entrevoir (et de créer des conditions pour devenir) la chercheure accomplie et autonome que j’aimerais être un jour.

La création d’EnCoRe s’avère donc très positive pour moi (et je remercie les copines d’avoir eu cette idée). En écrivant ce billet, j’avais aussi envie d’encourager les personnes qui souhaitent mener ce type de démarches. Cela demande finalement peu de moyens et surtout de l’envie. Alors, allez-y !!!

Crédits : Teamwork par Beth Jusino, licence CC BY NC.

 

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 21/03/2018, "Créer un groupe de recherche : une expérience des bienfaits du travail collectif", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/731, consulté le 20/06/2019.
  1. je laisse les personnes intéressées suivre les activités du carnet Hypothèses EnCoRe pour en savoir plus. []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


2 réflexions sur « Créer un groupe de recherche : une expérience des bienfaits du travail collectif »

  1. Merci Anaïs pour ce beau billet de blog qui retrace bien une envie commune de travailler ensemble !

  2. Merci Anaïs pour ce bel éloge de notre travail collectif, il retrace avec fidélité l’état d’esprit dans lequel nous travaillons toutes les 5 depuis quelques mois. Je dois dire qu’étant la seule à être au nord de la Loire, EnCoRe a été un grand remède à ma solitude théorique et me permet de pallier l’absence d’un groupe de thésard·e “IRL” (in real life). Les avancées technologiques sont en ce point particulièrement précieuses.
    J’ajouterais aussi que l’envie de travailler ensemble qui caractérise ce groupe est vraiment forte, au vu du sérieux avec lequel nous nous préparons à chaque séance et l’assiduité aux réunions que je trouve tout à fait remarquable (non pour se jeter des fleurs, mais pour s’ émerveiller d’une si belle collaboration).

    Longue et belle vie à EnCoRe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.