Notebooks

Un brin de terrain #2 : Au cœur des entretiens

Second volet sur mon enquête de terrain. Après avoir évoqué les “à-côtés” de l’enquête, entrons au cœur de mon travail : les entretiens.


La recherche en sciences sociales dispose de plusieurs moyens de recueil de données. Aux classiques études d’archives pour les historien·ne·s, aux questionnaires pour les quantitativistes s’ajoutent l’observation et les entretiens pour les chercheur·e·s qui font des enquêtes qualitatives1. L’idée n’est alors pas de produire de données chiffrées mais plutôt d’observer des pratiques, de recueillir des témoignages et des discours, parfois de rassembler des objets. Ces données peuvent être visuelles (photographies, films…), textuelles (articles de journaux, messages sur des forums…) ou encore orales (entretiens enregistrés). Elles sont rassemblées sur divers supports selon les préférences de chacun·e : carnet de terrain, fichiers informatiques, notes et/ou enregistrement sur un téléphone portable, etc.. En ce qui me concerne, j’utilise essentiellement les entretiens, qui seront donc le sujet de ce billet.

“Je fais des entretiens.” Qu’est-ce que cela signifie ? Les entretiens sont d’abord une rencontre entre des personnes qui sont dans une situation particulière – dans mon cas, des adultes conçu·e·s par don de gamètes – et un·e enquêteur·ice qui souhaite la comprendre. Pour ce faire, la/le chercheur·e s’appuie sur sa connaissance du contexte social dans lequel elle/il enquête, sur la littérature académique et surtout sur ce que chaque participant·e accepte de partager avec elle/lui. Les entretiens sont donc d’abord constitués, me semble-t-il, par une envie de partager, de se comprendre, de raconter une expérience. C’est une expérience sociale relativement usuelle dans le sens où elle implique (au moins) deux personnes qui ont leur histoire propre, des émotions, un statut social, etc.. Ce n’est néanmoins pas une rencontre tout à fait “comme les autres” car l’un·e des protagonistes cherchera à produire une analyse à partir de ce que l’autre (ou les autres) lui auront livré. Elle se fait, souvent, entre deux inconnu·e·s qui échangeront parfois sur des éléments intimes, sans pour autant devenir ami·e·s (quoi que cela puisse arriver bien entendu)2. La rencontre implique donc une relation de confiance – celle pour les participant·e·s de livrer leur(s) histoire(s) aux chercheur·e·s – et une responsabilité – celle des chercheur·e·s de respecter ce qui leur a été livré, de garantir la confidentialité de la participation des personnes, voire leur anonymat.

Plus pragmatiquement les entretiens prennent la forme d’un rendez-vous qui est influencé par un ensemble de petites décisions, qui ont leur importance. Il faut décider où l’entrevue aura lieu. Le domicile des participant·e·s permet souvent de garantir une meilleure confidentialité. Loin des oreilles inconnues, les personnes se trouvent dans un environnement qu’elles connaissent et qui peut contribuer à les mettre à l’aise. Le domicile peut cependant être un lieu trop proche d’oreilles connues ou bien trop privé pour être ouvert à l’enquêteur·rice, auquel cas un endroit plus neutre, comme un café, peut être préférable. Si je cherchais au départ des endroits plutôt silencieux et peu fréquentés, je me rends compte à la longue qu’une brasserie bondée avec un fond de musique peut permettre une confidentialité plus importante (si tant est que les tables ne soient pas collées les unes aux autres). Dans tous les cas, ce choix fait l’objet d’une discussion avec les participant·e·s. Elle dépend également des possibilités de chacun·e. Je n’ai par exemple pas de véhicule personnel, ce qui limite mes déplacements. L’emploi du temps des personnes rencontrées peut obliger à faire l’entretien pendant une pause déjeuner.

“Elle a un chien et deux chats. Je m’émerveille devant l’un d’eux et nous avons une petite conversation sur le fait qu’elle préfère de loin les chiens. Son chien nous suivra d’ailleurs sur le lieu d’entretien mais restera tranquille, si ce n’est quelques ronflements qui s’entendront peut-être à l’enregistrement.” (extrait de mon carnet de thèse)

Comme beaucoup de mes collègues (mais pas tou·te·s), j’enregistre les entretiens, avec l’accord des participant·e·s. Les fichiers audio me permettent de retranscrire l’échange et d’en analyser le contenu. Il n’est pas toujours opportun d’enregistrer. Il peut être difficile de parler librement quand un enregistreur est posé sur la table face à soi. Certain·e·s chercheur·e·s préfèrent d’ailleurs utiliser la fonction microphone de leur portable pour que l’objet soit moins intimidant. Je privilégie quant à moi l’enregistreur afin de garantir la qualité du son, de me prémunir contre les pannes de batterie ou les cartes mémoires pleines. L’enregistrement me permet de prendre moins de notes, ce qui peut aussi être perturbant pour les personnes rencontrées – et puis j’en viens à me dire que je n’aime pas ça. Le fichier audio amène parfois son lot de surprise à la réécoute : bruits d’animaux domestiques, chanson bien connue et entêtante d’un dessin animé regardé par un enfant dans la pièce adjacente, bruits de nourriture qui donnent faim pendant toute la retranscription… – oui, tout ça, c’est du vécu !

L’enregistrement pose par ailleurs la question du début et de la fin de l’entretien. Pour moi, ce sont deux moments toujours un peu particuliers. Il s’agit de signifier que l’on entre/sort de cette situation d’échange particulière. Dans le cadre de ma thèse, je fais signer un formulaire de consentement à chaque participant·e – c’est une obligation en Angleterre, que j’ai aussi mise en place en France. Cela permet généralement de formaliser le début de l’entretien. Une fois le protocole d’enquête réexpliqué, l’accord pour l’enregistrement formulé, je mets en place le matériel. J’allume l’enregistreur et je pose mes premières questions. La fin de l’entretien est en revanche beaucoup moins claire. Parfois elle est imposée par une contrainte horaire. Parfois l’échange arrive de lui-même à son terme. Mais d’autres fois il se prolonge de manière inattendue. Dans la mesure du possible, je réalise au moins deux entretiens avec chaque personne, à plusieurs mois d’écart. Je peux ainsi prendre des nouvelles et suivre les éventuels changements intervenus pour les participant·e·s. Nous pouvons du même coup faire un entretien moins long, sans risquer d’oublier de se dire quelque chose – ou plus précisément sans que j’aie peur d’oublier une question importante. La durée de ces rencontres varie beaucoup selon les circonstances et les personnes.

Après l’entretien vient le temps du compte-rendu. On note notamment les conditions dans lesquelles la rencontre s’est faite, les impressions que l’on a eues, comment on s’est senti·e… Pour pouvoir me remémorer la situation plus tard, je fais toujours un petit schéma du lieu, de la manière dont le/la participant·e et moi étions positionné·e·s. Le compte-rendu, plus ou moins sommaire, complète la retranscription qui ne peut pas rendre compte d’un ensemble d’éléments ne pouvant pas être captés par le son.

“Je sors de l’entretien plus fatiguée que les autres fois. Ça m’a demandé pas mal de concentration. J’espère n’avoir rien oublié parce que je me sens vidée et pleine en même temps. J’ai même une petite boule au ventre.” (extrait de mon carnet de thèse)

Je le disais précédemment, les entretiens, comme toute rencontre, engagent un certain nombre d’émotions. Il y a bien sûr les émotions des participant·e·s. Amusement, colère, gêne, tristesse, lassitude, enthousiasme… la palette est variée. Mais il y a aussi celles de l’enquêteur·rice3. Certaines histoires nous touchent, pour des raisons plus ou moins explicites. A l’écoute de l’autre, nous essayons de comprendre ses expériences, de la manière la plus ouverte possible. Ce faisant, nous ne pouvons pas nous départir de notre propre histoire. Les récits provoquent chez nous des réactions, qui n’ont pas toujours à voir avec le fond de l’enquête. C’est là que le carnet de terrain et les compte-rendus sont des outils fondamentaux. Ils créent l’espace dans lequel nous pouvons expliciter ces réactions, éventuellement essayer de les comprendre ou du moins saisir leur impact sur notre travail. Cette démarche de réflexivité nous amène à faire attention à notre place sur le terrain – en tant que jeune femme blanche issue d’une classe moyenne supérieure par exemple – et la manière dont elle influence nos résultats4.

“J’espère que ça a été utile, que ça correspond à ce dont tu avais besoin.” Voilà une remarque que je reçois souvent à la fin des entretiens. Ma réponse est invariablement la suivante : un entretien, ce n’est pas un examen, ça ne se rate pas (pas du côté des participant·e·s du moins).

Crédits: All French Gifs

Bien sûr, de fait, certains entretiens nous servent plus pour l’analyse. Mais ce ne sont pas forcément ceux auxquels on avait pensé au départ parce que, sur le moment, on ne voit pas tout. Ensuite certains nous marquent plus que d’autres parce que cette personne là, ce jour là a dit quelque chose d’une certaine façon et va nous permettre de comprendre un élément qui s’applique à toute l’enquête (ou une grande partie). Là encore les émotions peuvent jouer. Toute la difficulté de la pratique des entretiens consiste à bien se préparer – avoir explicité ses questions de recherche, avoir une idée des questions que l’on veut poser – tout en restant ouvert·e à ce que la discussion nous amène ailleurs, sur des terrains inconnus ou surprenants, car c’est là que peuvent se trouver les clefs de compréhension. Un entretien “raté” reste par ailleurs utile si l’on essaie de comprendre pourquoi il en est ainsi, que ce soit pour le fond de la recherche ou tout simplement pour s’améliorer lors des entretiens suivants5. Il est de ce fait important de revenir rapidement sur les données recueillies pendant l’enquête (enregistrements, notes de terrain, etc.).

Pour terminer je soulignerai le fait que par ce billet je ne voudrais pas durcir la distinction entre enquêteur·rice et “enquêté·e·s” – je ne raffole d’ailleurs pas de ce terme, même si l’utilisation du mot “participant·e·s” quand on ne fait pas de recherche participative peut aussi interroger. Je dirai simplement que tou·te·s chercheur·e·s peut se retrouver à la place de l’enquêté·e. Il me semble que de garder ce fait à l’esprit permet de remettre en perspective nos pratiques : est-ce que je me sentirais à l’aise si j’étais à la place des personnes que je rencontre ? De même que de garder en tête le fait que nos écrits peuvent être lus par les personnes qu’ils concernent.

 

Pour (re)lire le premier volet : Un brin de terrain #1 : Une thèse, ça ne se fait pas qu’avec le cerveau.

Crédits (image à la une) : Staining Field Notes (#5685) par regan76, licence CC BY.

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 22/03/2019, "Un brin de terrain #2 : Au cœur des entretiens", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/781, consulté le 16/09/2019.
  1. Je schématise ici ; en pratique c’est souvent une conjonction de méthodes qui est utilisée. []
  2. Je suis ici influencée par ma propre pratique. En tant qu’anthropologue de la parenté, je recueille des récits de vie qui touchent à l’intimité des personnes. Ce n’est pas toujours autant le cas selon les objets de recherche. []
  3. Voir p. ex. Farge Arlette, 2013, “La part de l’émotion”, Socio-anthropologie, n°27, pp. 99-101 ; disponible ici. Et Tasia Edgar, 2016, “Être étonné. Lorsque le malentendu et l’angoisse nous ancrent dans le terrain”, Civilisations, vol.1, n °65, pp. 127-144 ; disponible ici. []
  4. Ghasarian Christian, 1997, “Les désarrois de l’ethnographe”, L’Homme, n°143, pp. 189-198 ; disponible ici []
  5. Sur les ratés de terrain voir Darmon Muriel, 2005, “Le psychiatre, la sociologue et la boulangère: analyse d’un refus de terrain”, Genèses, vol. 1, n°58, pp. 98‑112 ; disponible ici. Et Orange Sophie, 2012, “Interroger le choix des études supérieures. Les leçons d’un “raté” d’enquête”, Genèses, vol.4, n°89, pp. 112‑127 ; disponible ici. []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Une réflexion sur « Un brin de terrain #2 : Au cœur des entretiens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.