Femme allongée

Mon corps m’appartient (?), 17 et 18 mai 2018, Marseille – Compte-rendu

Une nouvelle catégorie rejoint le carnet. “Science alive” regroupera des comptes-rendus d’événements scientifiques. Nous commençons avec un résumé des journées d’étude organisées par Irène Théry, Agnès Martial et Laurence Hérault au Centre Norbert Élias (Marseille) les 17 et 18 mai 2018 : “Mon corps m’appartient” (?) L’enjeu du corps et l’apport des sciences sociales au débat bioéthique.


Le projet de ces journées était de reprendre l’apport des sciences sociales dans l’étude du corps et d’examiner la manière dont les sujets bioéthiques peuvent en être éclairés. Cinquante ans après mai 1968 et son slogan “Mon corps m’appartient”, il s’est notamment agi de mettre en perspective les nouvelles revendications d’autonomie liées au corps.

En l’absence de Dominique Mehl, la première matinée s’est déroulée sous l’hospice de l’exploration des représentations des liens dans des situations de pluriparentalité. Martine Gross1 tout d’abord, à travers l’exemple de couples d’hommes ayant eu recours à une gestation pour autrui, nous a montré comment le projet parental de ces couples se fait dans un cadre conjugal – alors que ce n’était généralement pas le cas il y a quelques années. Dans ce cadre, la plupart des participants valorisent l’idée que chacun ait un enfant qui lui soit génétiquement lié (pour avoir un enfant “à soi”, un enfant “de l’autre”…). Mais dans le même temps, après la naissance beaucoup cachent à leur entourage à qui les enfants sont génétiquement liés, valorisant une égalité de traitement. Ces expériences montrent la dimension plurielle de la paternité alors que la loi impose quant à elle de distinguer les deux pères (le géniteur et le non-géniteur), ce qui les oblige à un processus de déconstruction pour se construire comme tels.

J’ai2 ensuite présenté pour la première fois mes données de terrain anglaises en mettant en regard la question de la recherche des origines avec celle des savoirs sur la parenté. Après avoir présenté le cadre légal britannique, j’ai exposé les différentes postures identifiées face à l’accès aux origines, c’est à dire que j’ai commencé à répondre à la question de savoir ce que font les adultes conçu·e·s par don une fois qu’elles/ils ont connaissance de leur mode de conception. Dans un dernier temps, je me suis concentrée sur un groupe de personnes issues du même don qui se sont trouvées grâce à des tests ADN. Il s’est agi de souligner les questions qui se posent dans l’établissement de ces nouvelles relations.

L’après-midi de cette première journée a été consacrée à l’auto-conservation des gamètes. Larissa Meyer3 nous a présenté le statut légal de ces éléments du corps humain qui ne peuvent être utilisés que dans le cadre défini pour l’accès à l’assistance médicale à la procréation (être un couple hétérosexuel en âge de procréer et souffrant d’une infertilité pathologique cliniquement constatée). Irène Théry a mis en dialogue son intervention en la replaçant dans le contexte plus large du modèle bioéthique français.

La matinée du 18 mai a porté sur la procréation et l’enfantement. Léa Linconstant4 a ouvert le bal avec une communication sur la manière dont les professionnel·le·s de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en Italie opèrent un ensemble de stratégies pour faire des parent·e·s d’intention des patient·e·s ordinaires. Elle a présenté le contexte italien dans lequel l’AMP suit un modèle thérapeutique et est très débattu (l’AMP avec tiers donneur a été interdite pendant quelques années). Au cours de plusieurs étapes, les couples, et plus particulièrement les femmes, sont encouragées à se détacher de leur situation individuelle pour adopter celle d’une patiente comme les autres. Les professionnel·le·s dé-spécifient l’AMP. Dans ce parcours émergent néanmoins des moments particuliers, comme le transfert d’embryon, lors desquels la spécificité de l’AMP se rappelle à la mémoire des acteur·rice·s.

Hélène Malmanche5a ensuite livré une réflexion sur les notions de possession, propriété et appartenance, revenant sur les apports des linguistes sur ces questions. Elle s’en est notamment servi pour explorer les expériences des couples de femmes ayant eu recours à un don de sperme, les couples ayant eu recours à un don d’ovocyte et ceux ayant eu recours à une gestation pour autrui. Hélène Malmanche a ainsi posé la question de savoir à qui donnent les donneur·se·s et celle de savoir comment les personnes s’approprient leurs enfants (et plus particulièrement les embryons) quand il y a un enfantement avec tiers donneur.

La dernière demi-journée a été l’occasion de revenir plus spécifiquement sur la formule “mon corps m’appartient”. Elle a été ouverte par Margot Mottet Caisson6 qui s’est prêtée à l’exercice de la revue critique d’un numéro de Nouvelles Questions Féministes sur les personnes intersexes. Le numéro croise contributions scientifiques, militantes et témoignages et revient sur un certain nombre de revendications des personnes intersexes quant au contrôle sur leur propre corps.

Pour finir, Irène Théry7 a présenté une analyse de sociologie des normes sur les revendications d’autonomie liées au corps à partir de La famille par contrat de Daniel Borrillo (2018) et de Mon corps ne vous appartient pas de Marianne Durano (2018). Elle a montré comment les deux auteur·e·s ont en commun leur manière d’envisager la personne comme un idéal, l’un considérant le corps comme suspect et l’autre comme un guide. Irène Théry a également abordé les apories de ces deux approches, dues à cette perspective idéaliste.

 

Crédit : Florence Filiu, licence CC BY NC ND.

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 30/05/2018, "Mon corps m’appartient (?), 17 et 18 mai 2018, Marseille – Compte-rendu", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/842, consulté le 20/06/2019.

  1. “Paternité gay et GPA : entre lien électif, lien affectif et lien biologique.” []
  2. “Chercher ses origines (ou pas) : parcours d’adultes conçu·e·s par don de sperme en Angleterre.” []
  3. “L’auto-conservation des gamètes : un combat pour l’autonomie de la personne.” []
  4. “Acquérir un statut de gynécologue et de patient ordinaire dans le cadre des parcours d’AMP en Italie : travailler sur les corps et sur les relations” []
  5. “Possession, propriété, appartenance du corps dans l’enfantement avec tiers donneur.” []
  6. “”A qui appartiennent nos corps ?” points de vue sur la question intersexe.” []
  7. “La formule “mon corps m’appartient” : une analyse de sociologie des normes.” []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.