Arbre généalogique du roi James

D’où viennent nos arbres généalogiques ? Une lecture de… L’ombre des ancêtres, Christiane Klapisch-Zuber

Si je vous disais “famille” et “représentation visuelle”, me répondriez-vous “arbre généalogique” ? Pour nos ancêtres du Moyen Âge, ce n’est pas si sûr. Quelques réflexions tirées de la lecture de L’ombre des ancêtres de Christiane Klapisch-Zuber.


Commençant un travail sur les pratiques généalogiques, je ne pouvais ignorer le livre de Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres1. L’historienne est spécialiste du Moyen-Âge, d’histoire sociale et d’histoire de la famille, notamment en Italie. Elle est directrice d’études à l’EHESS depuis le début des années 1980. Dans L’ombre des ancêtres, elle présente sa recherche sur les pratiques généalogiques dans l’Europe chrétienne du Moyen Âge. Histoire religieuse, histoire politique, histoire de la famille, histoire des sciences et des techniques se mêlent pour donner une vision de la lente naissance des arbres généalogiques. En non-spécialiste il m’est impossible de rendre complètement justice à l’ouvrage qui présente de nombreuses sources à grands renforts de détails et de mises en contexte historiques. Il a parfois été difficile de suivre le fil du texte et d’en comprendre tous les tenants et aboutissants en ne connaissant quasiment rien sur l’histoire du christianisme et l’histoire politique européenne au Moyen Âge. Je ne livre donc ici qu’une lecture très partielle, une sorte d’avant-goût pour qui voudrait s’y plonger plus assidûment.

L’arbre généalogique, un objet daté

Arbre des Babenberg par Hans Part
Arbre des Babenberg par Hans Part (1489-1493), Klosterneuburg, Autriche. Disponible ici.

Ce n’est qu’à la fin du XVe siècle qu’apparaissent les premiers ‘arbres généalogiques’ au sens propre du terme, “perch[ant] des individus réels, des gens vivants ou leurs ancêtres, dans les branches d’un arbre véritable”2. Ces représentations se développent d’abord en Autriche puis se diffusent à partir du milieu du XVIe siècle. Avant cela, l’association entre arbre et parenté n’est pas nécessairement évidente. Dans un “univers mental où la recherche des filiations et des successions, partout présente dans les usages quotidiens, régissait les modes de raisonnement et les représentations du temps et de l’histoire”3, la sève et le “lien végétal” ne se voient que progressivement associés au “filet de sang qui circule entre générations et les soude en une communauté”4. Mais alors avant cela, en quoi consistaient les représentations de la parenté ?

A quoi sert la généalogie ?

“Une forêt d’arbres teintés de science, de doctrine et de mystique abrite donc la genèse de celui qu’au XIIe siècle on n’appelle pas encore “généalogique”.”

Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres, op.cit., p.10

Au Moyen Âge, la généalogie constitue non seulement une représentation de la succession des générations mais aussi une manière de mesurer le temps. Les arborescences viennent également compléter les mots comme moyens de diffusion des connaissances et des règles. Christiane Klapisch-Zuber aborde ainsi divers usages des représentations visuelles de la parenté.

Règles de succession et prohibitions matrimoniales

Les représentations visuelles de la parenté servent d’outil pour les juristes depuis l’Antiquité. Listes, diagrammes, tableaux et autres permettent de représenter les règles en matière de succession ainsi que les empêchements au mariage – qui y sont liés. Les arbores iuris médiévaux – le terme arbor signifie ici moins “arbre” dans le sens naturalisé que dans le sens d’un schéma type arborescence – représentent les différentes relations de parenté en les exprimant en degrés – dont le calcul varie selon les périodes du Moyen Âge. A ces degrés sont associés des interdits en matière de mariage5.

Arbre de consanguinité
Arbre de consanguinité. Isidore, Etymologies, IXe siècle Paris, BnF, Département des manuscrits, lat. 10292 f° 93. En savoir plus.
Arbre de parenté, Henri Suso, Summa copiosus, vers 1340, Amiens. Paris, BnF, Département des manuscrits, Latin 4000. En savoir plus.
Arbre de consanguinité
Arbre de consanguinité. Somme rurale de Jean Boutillier , XVe siècle, France. Paris, BNF, Département des manuscrits, Français 202 f° 15 v°. En savoir plus.

 

Les généalogies religieuses

Arbre de Jessé
Arbre de Jessé, Bible dite des capucins, Troyes, Champagne, dernier quart du XIIe siècle. Paris, BnF, Ms lat., 16 746, f° 7 v° et 8. En savoir plus.

Un ensemble de généalogies, comme celles de Jésus ou de Sainte Anne, sont réalisées dans un cadre religieux. Parmi ces représentations, les arbres de Jessé sont fameux. Illustrant l’ascendance terrienne de Jésus, ils sont souvent considérés comme les ancêtres des arbres généalogiques. A tort selon Christiane Klapisch-Zuber qui souligne la spécificité de leur usage par rapport aux arbres généalogiques à proprement parler : il ne s’agit pas de représenter des liens de filiation réels et charnels – il faudra attendre le XVe siècle pour cela ; les arbres de Jessé, comme d’autres généalogies religieuses, ont une fonction non seulement spirituelle et mystique, mais aussi didactique, servant à former les clercs et à diffuser une interprétation univoque et contrôlée des Écritures.

Les généalogies comme outil historiographique

Au Moyen Âge, les généalogies servent à percevoir et représenter le déroulement du temps. Elles sont un outil historiographique essentiel de la période, dont témoigne le développement des chroniques universelles. Leur objet est de représenter l’histoire humaine, y compris pré-chrétienne. Le genre est lancé par le Compendium historiae in genealogia Christi de Pierre de Poitiers (XIIIe siècle) qui représente la généalogie de Jésus sur un rouleau, donnant une continuité à la succession des générations impossible dans le format codex. Les chroniques universelles se servent par exemple de la succession des papes et des monarques pour saisir le déroulement de l’histoire en suivant les principes de verticalité et d’axialité du Compendium.

Compendium historiae in genealogia Christi (extrait)
Compendium historiae in genealogia Christi, Pierre de Poitiers, XIIIe. Paris, BnF, lat. 297 f° 92. Disponible ici.
Compendium historiae in genealogia Christi (extrait)
Compendium historie in genealogia Christi, Pierre de Poitiers, XIIIe. Paris, BnF, lat. 14435 f° 138. Disponible ici.

 

Les généalogies comme outil de prestige et outil politique

Lignée des carolingiens
La dynastie carolingienne. Bernard Gui, Généalogie des rois de France, 1330-1340, Paris. Paris, BnF, Département des manuscrits, Latin 4975 f° 121. En savoir plus.

Les lignées royales et dynastiques et les grandes familles ne tardent pas à s’emparer des représentations généalogiques qui deviennent un outil de prestige et un outil politique. L’usage se développe notamment au XIIIe siècle, alors que le pouvoir se concentre progressivement dans les mains de quelques lignées et que les identités nationales commencent à se construire en Europe. L’idée est de représenter une continuité, celle des institutions, du pouvoir dynastique. Les généalogies permettent d’expliquer l’état actuel des institutions, de légitimer le pouvoir en place, de montrer l’enracinement sur un territoire. En cas de conflits dynastiques, elles constituent des arguments pour appuyer une hypothèse. En France et en Angleterre, la légitimation de la monarchie héréditaire est l’une des principales préoccupations : on assiste ainsi à une “‘généalogisation’ d’un catalogue de dirigeants princiers ou monarchiques”6. Il s’agit de montrer – que cela soit avéré ou non – que le pouvoir est resté aux mains de la même famille au cours de l’histoire, sans rupture – quitte à faire quelques manipulations de l’histoire, donc. Faisant remonter les origines des dynasties à des ancêtres prestigieux, réels ou fictifs – le roi Arthur, Charlemagne… -, les généalogies royales participent par ailleurs à la construction d’identités nationales. Les documents sont parfois diffusés sur la place publique et ne restent ainsi pas confinés à quelques rares lecteurs initiés.

“Les plus ambitieuses des représentations diagrammatiques royales ne se bornèrent pas, en effet, à expliciter et à résoudre les difficultés successorales des rois contemporains de leur auteur. Selon la ligne fabuleuse d’ancêtres qu’elles leur choisirent, elles confortèrent une vision particulière du passé historique qui valait pour une communauté nationale toute entière. La généalogie royale en vint à résumer la généalogie des nations.”

Ibid., p.190-191

Les arborescences comme outils de la connaissance

Au delà des représentations généalogiques à proprement parler, le Moyen Âge voit exploser l’usage des arborescences comme outils de la connaissance, notamment dans le cadre de la pédagogie scolastique à partir du XIe-XIIe siècle. L’idée est de permettre une “exégèse visuelle”7, c’est à dire de parvenir “par l’entremise d’une image à mettre en relation des concepts, des mots ou des figures littéraires, indépendants les uns des autres dans les textes, mais dont le rapprochement produit une signification supérieure”8. L’arbre est utilisé à la fois en ce que son image permet la classification et en ce qu’elle illustre une idée morale de perfectionnement – avec le mouvement de la pousse des branches vers le ciel, vers le Salut9.

Arbre à alphabet
Arbre à alphabet, Ein Heysamelere und Predig, gravure, Ulm, J. Zainer, 1490 (?), Paris, BnF, Arsenal, ms. 5062, fol.149v. En savoir plus.
Arbor elementalis
Arbre des éléments. “Ramon Lull, showing the Arbor Elementalis to monk”, Arbor scientiae, 1515. Wellcome Library, London, licence CC BY.
Arbor moralis
Raymond Lulle, Arbor scientiae, Lyon, [J. Pillehotte], 1515 [i.e. 1635]. Contrefaçon d’une édition de 1515, portant faussement cette dernière date. Paris, BnF. En savoir plus.

 

***

De ces divers usages, il ressort que la généalogie n’est pas nécessairement le support d’une mémoire familiale et qu’elle peut servir à des objectifs plus larges ou qui n’ont pas grand chose à avoir avec la parenté telle que nous pourrions l’imaginer aujourd’hui. Cela pose de ce fait la question de savoir ce que les sociétés occidentales contemporaines associent aux pratiques généalogiques, notamment avec l’essor de la généalogie génétique10 – c’est au menu des séances de travail des mois à venir.

Cela souligne de plus le fait que la généalogie est toujours un récit choisi : l’auteur·e décide quelle lignée privilégier, la manière de représenter les liens… Les monarques cherchaient à être reliés à des ancêtres prestigieux voire légendaires ; certaines familles mettaient en avant les événements jugés importants, comme des alliances politiques via des mariages ou bien des conflits. La généalogie n’apparaît ainsi pas comme un instrument de vérité mais un récit sur soi, sur sa lignée, sur l’histoire humaine… En cela, elle fait émerger les normes sociales en cours, comme l’illustre par exemple l’évolution de la place des femmes dans les schémas de parenté.

“Longtemps, la fusion de l’épouse dans le médaillon du mari, ou son assimilation aux enfants par le système des signes retenus dans les diagrammes ont dit à leur manière la prévalence du lignage et de la famille patriarcale sur le couple. La préférence qui toute naturellement était accordée à la lignée paternelle, origine de l’identité sociale, portait à ne représenter qu’elle et faisait de tout arbre de famille un arbre patrilinéaire. Aujourd’hui, personne ne s’étonne d’être invité à remplir les cases, deux par deux, avec les noms des couples successifs de ses ancêtres directs, hommes et femmes, dans ce qui lui est présenté sous le titre d'”arbre généalogique”. C’est que, dans les héritages et les expériences quotidiennes, la part réservée aux lignées féminines égale désormais celle des lignées masculines. Tout au plus, la situation (héraldique) droite, la plus honorable, qui est réservée à l’homme dans chacun de ces couples rappelle l’antique prédominance masculine.”

Ibid., p.338

Comment fait-on de la généalogie ?

L’ouvrage s’ouvre sur un chapitre consacré à l’Antiquité et ce que l’on sait notamment des stemmata, dont il ne reste plus de traces visuelles et qui semblaient représenter les membres d’une lignée au sein d’une pièce, l’atria – dédiée aux ancêtres importants. Les traces écrites suggèrent qu’elles prenaient la forme d’images peintes sur les murs, reliées par des rubans ou des bandelettes. On ne sait pas exactement ce qui était relié et par quoi : des titres ? des noms ? A partir de là et tout au long du livre, Christiane Klapisch-Zuber détaille ensuite les divers outils et supports des pratiques généalogiques.

Lignes, bandelettes, tableaux, diagrammes… Les outils

Diagramme de parenté à pyramide
Diagramme de parenté à pyramide, Codicis Theodosiani libri XVI, IXe siècle. Paris, BnF, lat. 4410, f° 2v. Disponible ici.

Selon les époques et les régions, le vocabulaire graphique varie et certaines formes sont privilégiées. Dans l’Angleterre du début du XIIe siècle par exemple, les tableaux sont favorisés tandis qu’en France les diagrammes ont la part belle pour représenter les dynasties. Ces diagrammes peuvent eux-mêmes prendre plusieurs formes : linéaires, à médaillons, avec des portraits, des écus et armes héraldiques… Pendant longtemps, le vocabulaire graphique n’est pas unifié et varie même au sein d’une même image (les couleurs changent sans qu’une cohérence particulière n’apparaisse par exemple). Les images n’apportent ainsi pas nécessairement plus de clarté que les textes. John Speed, au XVIe siècle, est l’un des premiers à différencier les liens de filiation, d’alliance et de germanité dans les arbres généalogiques et à fournir une sorte de légende pour s’y repérer – sa démarche ne semble cependant pas se diffuser immédiatement. Plus généralement, le XVIe siècle voit s’établir un “langage” généalogique partagé du nord au sud de l’Europe. Après le Moyen Âge, diagrammes et arbres continuent d’être utilisés en parallèle et sont parfois mêlés et fusionnés.

Diagramme de parenté à forme d'arbre
Diagramme de parenté à forme d’arbre, Codicis Theodosiani libri XVI, IXe siècle. Paris, BnF, lat. 4410, f° 2r. Disponible ici.
Diagramme de parenté à losange
Diagramme de parenté à losange, Codicis Theodosiani libri XVI, IXe siècle. Paris, BnF, lat. 4410, f°4r. Disponible ici.
Diagramme de parenté à colonnes, surmonté de deux figures humaines
Diagramme de parenté à colonnes, Codicis Theodosiani libri XVI, IXe siècle. Paris, BnF, lat. 4410, f° 3v. Disponible ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

Diagramme de parenté à rectangle
Diagramme de parenté à rectangle, Codicis Theodosiani libri XVI, IXe siècle. Paris, BnF, lat. 4410, f° 4v. Disponible ici.
Diagramme de la descendance de Noé
La descendance de Noé. Béatus de Liébana, Commentaires sur l’Apocalypse, Saint Sever, troisième quart du XIe siècle. Paris, BnF, lat. 8878, f° 6v-7r. Disponible ici.
Tableau généalogique de la lignée carolingienne
Tableau généalogique de la lignée carolingienne. Ekkehard von Aura, Hec stirps Francigenam regni dum strinxit h[abenam. Rome sceptrigenos Karol]us [dedit] ac Lothowicos, Ms. lat. fol. 295 80v, Chronicon Universal, XIIe siècle. Disponible ici.

 

 

Rouleaux, codex, manuscrits, imprimés : les supports

Généalogie du Christ (extrait)
Genealogia Iesu Christi, BSB Clm 28514, [S.l.] Süddeutschland/Österreich, 1468. Disponible ici, licence CC BY NC SA.

Comme je l’ai évoqué plus haut, Pierre de Poitiers est l’une des personnes à avoir introduit le format rouleau pour la présentation des généalogies avec son Compendium historiae in genealogia Christi. Le codex était auparavant la règle, ce qui contraignait les représentations, notamment en terme de continuité temporelle. Le format est particulièrement intéressant dans le cadre des chroniques universelles puisqu’il permet une représentation synchronique.

L’apparition de l’imprimerie au XVe siècle apporte de nouveaux enjeux pour les représentations généalogiques. Le format codex est de retour avec un défi inédit : retranscrire, à l’aide d’une nouvelle technique, ce qui était jusque là copié à la main et le faire dans un format fractionné.

Il n’était donc pas indifférent d’écrire et de dessiner sur un rouleau et sur un codex. Le trait, la figure acquéraient un sens différent selon leur support. Et le passage de l’un à l’autre exigeait non seulement de réorienter les images mais de concevoir autrement ce qu’elles disaient de la parenté et du temps.”

Ibid., p.156-157

***

Tout au long de l’ouvrage, Christiane Klapisch-Zuber fait non seulement l’histoire des outils et supports des représentations généalogiques, mais elle montre aussi en quoi les choix effectués sous-tendent des visions particulières des liens de parenté. Il serait assez complexe pour une non-spécialiste comme moi d’aller dans le détail mais cela souligne l’importance de s’intéresser à la forme des généalogies, aussi bien qu’à leur contenu. Dans la période contemporaine, la question des outils et des supports amène par exemple à se pencher sur les logiciels et sites internet de généalogie, qui ouvrent une nouvelle manière de représenter les liens. Le vocabulaire graphique semble s’être plutôt stabilisé mais l’outil informatique permet par exemple de représenter beaucoup plus de liens qu’un format papier et de les afficher simultanément. Il n’oblige pas nécessairement à éliminer des lignées, sans pour autant obliger à toutes les rendre visibles en même temps. Le recours aux sites de généalogies génétiques posent par ailleurs la question de savoir quels types de liens sont représentés dans ces arbres-diagrammes : liens biologiques ? Liens émotionnels ? Liens légaux ? Le tout à la fois ? Pour les anthropologues de la parenté spécialistes des nouvelles formes familiales, cela ouvre un champ de questionnement plus épistémologique, qui me servira ici de conclusion-ouverture, dans l’attente de prochains billets.

Exemple d'arbre généalogique avec le site My Heritage
Un exemple d’arbre généalogique en ligne (My Heritage).
Exemple d'arbre généalogique fait sur ancestry.com
L’arbre généalogique de John F. Kennedy (ancestry.com).

Les schémas de parenté en anthropologie

Par petites touches, Christiane Klapisch-Zuber crée le lien entre certaines choses qu’elle observe dans les sources médiévales et d’autres qui constituent les pratiques scientifiques contemporaines. Le/la lecteur·rice spécialiste de la parenté est ainsi poussé·e à réfléchir sur sa pratique. Les débats sur les représentations de la parenté en anthropologie ne sont pas neufs11 mais ils sont réactivés par les enjeux posés par la pluriparentalité1213. Comment, par exemple, représenter clairement tous les liens d’une personne conçue grâce à un don de sperme ? Fait-on figurer le donneur ? Ses enfants ? Les personnes issues du même don ? Si oui, sous quelle forme ? Des relations similaires du point de vue biologique peuvent être ressenties différemment par les personnes concernées. Beaucoup d’adultes conçu·e·s par don de sperme m’expliquent par exemple combien le lien tissé avec un·e frère/sœur, avec le/laquelle elles/ils ont grandi mais avec qui elles/ils ne partagent, génétiquement, que le lien avec leur mère, est différent de celui partagé avec les personnes issues du même don – avec qui elles/ils ont donc en commun le lien génétique avec le donneur. Dans les deux cas, ce sont des liens  avec un·e demi-frère/sœur ; mais la dimension génétique ne suffit pas à expliquer la relation. Comment traduire cela dans les schémas de parenté ?

Ce sont des questions qui se posent dans mon travail de recherche et que je suis loin d’avoir réglées. En attendant plus de réponses, j’espère que ce billet aura au moins montré que la lecture de L’ombre des ancêtres est particulièrement stimulante et enrichissante, et pas seulement pour les historien·ne·s.

 

Crédits (image à la une) : The Roial Progenei of our most sacred King Iames …, 1603, British Library, licence CC BY NC SA.

 

Pour citer ce billet : Anaïs Martin, 01/09/2018, "D’où viennent nos arbres généalogiques ? Une lecture de… L’ombre des ancêtres, Christiane Klapisch-Zuber", Entre le zist et le zest [En ligne], URL : https://zistetzest.hypotheses.org/987, consulté le 21/08/2019.
  1. Klapisch-Zuber Christiane, 2000, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard. []
  2. Klapisch-Zuber Christiane, L’ombre des ancêtres, op.cit., p.7. []
  3. Ibid., p.9. []
  4. Ibid., p.323. []
  5. Voir Giordanengo Claire, 2012, “Le droit enseigné par l’image (2/2) : illustrer les degrés de parenté” [En ligne], Interfaces, 24/03/2012, consulté le 24/08/2018, disponible ici ; Guerreau-Jalabert Anita, 1994, “Prohibitions canoniques et stratégies matrimoniales dans l’aristocratie médiévale de la France du Nord” dans Pierre Bonte (dir.), Épouser au plus proche : inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Editions de l’EHESS, pp. 293‑321 ; Godelier Maurice, 2010, Métamorphoses de la parenté, Paris, Flammarion. []
  6. Klapisch-Zuber Christiane, op.cit., p.161. []
  7. Ibid., p.36 []
  8. Idem. []
  9. Ibid., p.210. []
  10. Depuis le début des années 2000 (et surtout depuis 2010), des entreprises privées proposent d’associer recherches généalogiques et données génétiques à l’aide d’auto-tests ADN dont les résultats sont ajoutés à des bases de données mondiales permettant de rechercher des correspondances avec d’autres utilisateur·rice·s. []
  11. Porqueres i Gené Enric, 2014, « Personne et parenté », L’Homme, 2014, vol. 2, n°210, p.17‑42. Disponible ici. []
  12. La notion de pluriparentalité désigne les formes familiales qui sortent d’un modèle où un couple hétérosexuel, à la fois géniteur et éducateur, assume toutes les fonctions “parentales”. C’est par exemple le cas des familles recomposées, des familles ayant eu recours à une adoption ou encore à une assistance médicale à la procréation avec tiers donneur. Voir Fine Agnès, 2002, “Qu’est-ce qu’un parent ? Pluriparentalités, genre et système de filiation dans les sociétés occidentales”, Spirale, 2002, vol. 1, n°21, p.19‑43, disponible ici. []
  13. Martial Agnès, 2006, « Qui sont nos parents? L’évolution du modèle généalogique », Informations sociales, 2006, vol. 3, n°131, p. 52‑63. Disponible ici. []

Anaïs Martin

Doctorante contractuelle en anthropologie

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.